Tornade à Lachute: «Je pensais que j'allais mourir»

Une tornade a causé de lourds dommages à... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Une tornade a causé de lourds dommages à Lachute.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lachute) «Au début, je pensais que j'allais mourir», affirme Kaheim Corbin, 9 ans. Le garçon était à la maison avec sa grand-mère quand la tornade, désormais confirmée par Environnement Canada, s'est abattue sur Lachute, dans les Basses-Laurentides. Des vents très forts ont renversé les deux arbres qui se trouvaient à l'avant de la maison sur la voiture de ses parents.

Le toit d'une maison a été arraché à... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le toit d'une maison a été arraché à Lachute.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Michel Laurin constate les dégats dans sa cour... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Michel Laurin constate les dégats dans sa cour de Lachute.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Sandra Corbin, sa grand-mère, dit qu'elle a rapidement compris que quelque chose de grave se passait. «J'étais dans la cuisine quand j'ai entendu un grand bruit et j'ai vu la porte de l'extérieur s'enfoncer à l'intérieur de la maison. J'ai immédiatement appelé mon fils qui se trouvait dans sa chambre», raconte Mme Corbin. «Puis, j'ai vu le climatiseur s'envoler par la fenêtre. Je suis allé rapidement abriter les enfants dans la salle de bain».

La municipalité de Lachute a été sérieusement touchée par la tornade qui a suivi les orages et les vents hier soir. Rencontré sur les lieux ce matin, René Heroux, d'Environnement Canada, affirme que la tornade, classée F1 sur l'échelle de Fujita, était accompagnée de vents très violents qui pouvaient atteindre une vitesse de plus de 180 kilomètres par heure. «On se doutait avant. Mais, après avoir mené des investigations, on est en mesure de conclure que c'était le cas».

Dans les secteurs touchés, au milieu des arbres jonchés par terre, des débris de garages détruits et des biens personnels emportés par le vent, les résidents étaient encore sous le choc ce matin.

Tina Coulson et sa famille venaient de finir de souper quand elle a entendu les vitres vibrer. «Mes deux enfants étaient avec moi quand j'ai vu mes affaires s'envoler. On s'est tous couchés par terre. Ça s'est arrêté après 30 secondes». Son gazebo a été emporté par le vent et a atterri à une centaine de pieds plus loin et le toit du garage de son voisin s'est retrouvé dans son arrière-cour. 

Le témoignage est le même du côté de Lise Pharand, une septuagénaire qui habite sur la rue Alexandre depuis 55 ans. La façade de sa maison a été défoncée par le toit d'une autre maison située à deux coins de rue plus loin. «Depuis 55 ans, je n'ai jamais vécu quelque chose semblable», affirme Mme Pharand. La résidente a perdu tout ce qui était dans son salon. Mais, le portrait de sa mère, décédée il y a deux ans, est resté accroché solidement au mur. «C'est ma mère qui nous a protégés», croit-elle. «Elle nous a toujours dit qu'elle sera toujours là pour nous».

Plus de 18 000 clients restent privés d'électricité

>>> Info-pannes en direct

Plus de 18 000 abonnés d'Hydro-Québec étaient toujours privés d'électricité, mercredi midi, après le passage d'orages violents, la veille.

Les régions de Montréal, des Laurentides et de la Montérégie étaient les plus touchées par les pannes de courant.

Les lieux les plus problématiques sur l'île de Montréal se trouvaient particulièrement dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

Une vingtaine de résidences ont dû y être évacuées mardi par mesure de sécurité après que des branches d'arbres soient tombées sur des transformateurs et des résidences.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer