• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Inondations au Québec: «Le gouvernement ne nous parle plus» 

Inondations au Québec: «Le gouvernement ne nous parle plus»

Résidant de L'Île-Bizard, William Groulx a terminé depuis... (Photo Martin Tremblay, La Presse)

Agrandir

Résidant de L'Île-Bizard, William Groulx a terminé depuis longtemps la décontamination de son sous-sol. Il dit attendre un retour du gouvernement avant d'entreprendre de nouveaux travaux pour remettre sa maison en état.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux mois après les inondations qui ont durement frappé le sud du Québec, plusieurs sinistrés vivent toujours dans l'incertitude, l'aide promise et les permis nécessaires à la reconstruction tardant à arriver. Et l'impatience se fait de plus en plus sentir, certains ignorant encore s'ils pourront ou non réintégrer leur domicile un jour.

La décontamination de son sous-sol a beau être terminée depuis plusieurs semaines, Carol Murray n'a toujours pas entrepris la reconstruction. Après avoir déboursé 12 000 $ pour enlever tous les matériaux contaminés par la crue des eaux, elle dit ne pas avoir les moyens d'entreprendre de nouveaux travaux sans savoir ce qui sera couvert par l'aide du gouvernement. « On ne peut pas mettre un autre 20 000 $ s'ils ne remboursent pas », explique-t-elle.

En attendant de recevoir une réponse, deux des neuf occupants de la petite maison de L'Île-Bizard ont dû déménager, tandis que les sept autres doivent s'entasser au milieu des effets personnels réchappés sur le seul étage encore habitable.

« On m'a dit que ça pouvait prendre six mois avant d'avoir un chèque, mais on ne peut pas vivre comme ça, un par-dessus l'autre », témoigne Carol Murray

La situation est d'autant plus intenable que la femme travaille à la maison. La table de la cuisine lui fait maintenant office de bureau, son bureau, qui se trouvait au sous-sol, n'étant plus accessible.

UN SILENCE DÉNONCÉ

William Groulx aussi a terminé depuis longtemps la décontamination de son sous-sol. Et lui aussi dit attendre un retour du gouvernement avant d'entreprendre de nouveaux travaux pour remettre sa maison en état. « C'est complètement gelé. Le gouvernement ne nous parle plus », se désole-t-il.

Ce sinistré de L'Île-Bizard aimerait bien savoir quels travaux seront couverts. Et surtout, lesquels ne le seront pas. « Je ne suis pas pour mettre 30 000 $ si le gouvernement couvre juste pour 10 000 $ », explique-t-il. Cette inondation est d'autant plus crève-coeur pour William Groulx qu'il avait terminé l'aménagement de son sous-sol il y a un an à peine.

Malgré l'incertitude qui plane sur lui, William Groulx se considère chanceux, l'eau ayant cessé de monter près du plafond du sous-sol. « Si ça s'était étendu au rez-de-chaussée, j'aurais été fait », constate-t-il, estimant que sa maison aurait été une perte totale. L'un de ses voisins n'a pas eu la même chance et devra vraisemblablement se résoudre à démolir.

DÉMOLIR OU PAS ?

Deux mois après le retrait des eaux, Francine et Jean ignorent toujours s'ils pourront reconstruire leur maison de l'île Mercier, qui a été en grande partie submergée pendant la crue des eaux. Et l'incertitude pèse lourd sur le couple. « Si on nous dit "Vous devez démolir", au moins, on aura une décision, on saura quoi faire », dit Francine.

Même si elle mettra fin à l'incertitude, reste que la perspective d'avoir à démolir leur résidence les inquiète tout de même. Ils craignent en effet que cette décision les force à quitter leur coin de paradis sur le bord de la rivière des Prairies.

La femme trouve d'ailleurs les normes imposées par le gouvernement et la Ville de Montréal trop sévères. Ils ne sont pas autorisés à rehausser leur maison de beaucoup, ni à la protéger en aménageant un remblai. « C'est de l'expropriation déguisée », se désole-t-elle.

En attendant la décision qui n'arrive pas, le couple qui vivait depuis deux mois dans le sous-sol de proches, a décidé de louer pour un an un appartement, sentant que les délais risquaient de continuer à s'accumuler.

« On a tout perdu. C'est un camion de vidanges qui a fait notre déménagement. »

Le maire de L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève, Normand Marinacci, dit avoir entendu beaucoup de sinistrés se plaindre des délais dans le traitement de leur dossier. « J'entends beaucoup de gens dire que c'est trop long. Mais je suis convaincu qu'avec encore un peu de patience, on va en venir à bout », dit-il. L'élu dit qu'il doit s'entretenir jeudi avec le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, pour savoir comment le décret sera appliqué et où il sera interdit de reconstruire les maisons trop endommagées.

DES TRAVAUX MALGRÉ TOUT

Malgré l'incertitude, les travaux ont débuté chez certains sinistrés, comme en témoignent les conteneurs à déchets qui se trouvent devant certaines résidences. Sur le bord de la rivière des Prairies, la reconstruction d'une maison de la rue Jean-Yves va bon train. Celle-ci a été déplacée durant les travaux afin de couler une nouvelle fondation hydrofuge pour empêcher l'eau d'entrer dans le bâtiment à l'avenir.

L'histoire est toutefois bien différente pour son voisin qui a dû abandonner sa maison. « Nous n'habitons plus ici », dit une affiche écrite à la main. Non loin, les compteurs d'Hydro-Québec ont été désactivés sur une maison, en raison de l'étendue des dommages. Une forte odeur d'humidité se dégage des fenêtres entrouvertes.

En attendant d'être fixés sur leur avenir, les sinistrés continuent à se demander pourquoi les inondations ont frappé si fort cette année. Plusieurs continuent à soupçonner une mauvaise gestion des barrages en amont pour expliquer la soudaine crue des eaux. « Il y a eu une erreur quelque part, mais va le prouver », se désole William Groulx, qui a peu d'espoir d'en avoir un jour le coeur net.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer