(Nouméa) Une campagne promotionnelle est lancée à partir du 18 mai en Nouvelle-Calédonie pour inciter les résidents à faire du « tourisme solidaire », alors que le trafic aérien international sera fermé au moins jusqu’à la fin de l’année à cause du coronavirus, ont annoncé jeudi les autorités.

Agence France-Presse

« Le tourisme est clairement le secteur le plus touché par cette crise. On veut booster le tourisme domestique pour compenser un peu les pertes du tourisme international », a déclaré lors d’une conférence de presse Sonia Backès, présidente de la province Sud.

Elle a précisé qu’environ 500 entreprises touristiques, cafés, hôtels et restaurants avaient sollicité des aides provinciales pour un total de 170 millions FCFP (2,1 millions $), en raison de l’impact du confinement local du 24 mars au 20 avril et de la suspension du trafic aérien.

Avec 18 cas et un retour à la vie normale en cours, la Nouvelle-Calédonie est peu touchée par l’épidémie de COVID-19, mais ses frontières pourraient rester fermées « au moins jusqu’à la fin de l’année ».

PHOTO CLAUDINE WERY, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Une plage de Poé en Nouvelle-Calédonie

Intitulée « Tourisme solidaire : restez chez nous », cette campagne, qui concerne uniquement cette province où se trouve Nouméa et 75 % de la population, proposera « 18 expériences touristiques incontournables » avec des réductions allant jusqu’à moins 60 %.

« On lance un appel à ceux qui n’ont pas subi de pertes de revenus pendant cette crise et qui ne pourront pas sortir (de Nouvelle-Calédonie) avant plusieurs mois, à venir découvrir le territoire », a indiqué Brieuc Frogier, président de NC-Tourisme Point Sud.

Abritant l’un des plus beaux lagons du monde, inscrit au patrimoine de l’UNESCO, une biodiversité exceptionnelle et une identité culturelle kanake préservée, la Nouvelle-Calédonie peine cependant à développer son industrie touristique.

Ces difficultés s’expliquent notamment par à une desserte aérienne onéreuse et insuffisante, des prestations qualitativement inégales et une absence de stratégie globale. Le secteur enregistre toutefois un frémissement depuis quelques années, avec une hausse de 17,5 % des visiteurs entre 2013 et 2019, à 127 000 personnes.