(Helsinki) C’est un rituel, voire un rite, auquel la population sacrifie au moins une fois par semaine : la culture du sauna en Finlande a fait son entrée jeudi sur la liste du Patrimoine immatériel de l’UNESCO.

Agence France-Presse

« La culture du sauna en Finlande fait partie intégrante de la vie de la majorité de la population finlandaise […] (et) implique beaucoup plus que le simple fait de se laver », a défendu l’institution dans un communiqué.

Avec quelque trois millions de saunas pour 5,5 millions d’habitants, l’étuve est une institution qui remonte à plusieurs centaines d’années dans le pays nordique.

Omniprésents dans les maisons, les appartements et les piscines locales, ils attirent des Finlandais de tous les âges venus évacuer à environ 85 °C le stress par tous les pores de la peau.

Au fil des années, le sauna s’est aussi imposé comme un outil diplomatique : les dirigeants finlandais y ont régulièrement invité leurs homologues.

Durant la Guerre froide, le président Urho Kekkonen, précurseur de la « diplomatie du sauna », y négociait dans le plus simple appareil — le sauna se pratique nu en Finlande — avec les diplomates soviétiques.

En 2005, le président russe Vladimir Poutine avait dû lui aussi faire tomber la serviette en compagnie de l’époux de son homologue finlandaise Tarja Halonen.

Cette pratique a toutefois fait l’objet de critiques pour avoir exclu les femmes-hommes et femmes étant séparés.

En hiver, le sauna est souvent suivi d’un plongeon dans les eaux glacées de l’un des quelque 180 000 lacs qui recouvrent le pays, un rituel qui, selon de nombreux adeptes, améliore la santé et le bien-être mental.

Des études menées en Finlande ont fait valoir que l’utilisation régulière du sauna pouvait réduire le risque d’accident vasculaire cérébral — bien que les médecins recommandent aux personnes souffrant de problèmes cardiaques d’éviter les températures extrêmes des bains de vapeur.

Le mot « sauna » est l’un des rares de la langue finnoise à être utilisé à l’international. Selon certaines sources, son nom faisait à l’origine référence aux pierres chaudes sur lesquelles l’eau est jetée pour créer de la vapeur.

Durant onze ans, le sauna a même son championnat du monde épreuve d’endurance disputée tous les ans avec, comme en 2010, une issue parfois fatale pour les candidats plongés dans une atmosphère à 110 degrés.

En 2019, le pays a par ailleurs repris à la Chine le record du monde du plus grand nombre de nationalités à l’intérieur d’un sauna en même temps. Des baigneurs de 101 pays différents se sont collés les uns aux autres dans un sauna à Helsinki.