(Paris) Disfrutar à Barcelone, restaurant fondé par trois chefs issus du mythique elBulli, le pionnier de la cuisine moléculaire, a été sacré jeudi « meilleur restaurant au monde »  2024 par le classement 50 Best Restaurants.

« Des plats imaginatifs sont exécutés avec une habileté technique exceptionnelle et servis de la manière la plus ludique possible », commente 50 Best. Les menus d’Oriol Castro, Eduard Xatruch et Mateu Casañas se composent de 30 plats différents.

Le classement lancé par un groupe de presse britannique, en réponse au Michelin, donne une nouvelle fois la part belle aux restaurants espagnols. Asador Etxebarri, dans le village basque d’Axpe, arrive ainsi deuxième, et Diverxo, à Madrid, quatrième.

Le troisième est un restaurant parisien, Table, du chef Bruno Verjus, qui était 10e l’année précédente.

Le meilleur restaurant sud-américain, Maido à Lima, arrive cinquième et le meilleur restaurant nord-américain, Atomix à New York, sixième.

Quatre restaurants français, tous à Paris, sont dans ce classement : outre Table, on y trouve Septime de Bertrand Grébaut (11e), Plénitude d’Arnaud Donckele (18e), et Arpège d’Alain Passard (45e).

Le classement « 50 Best » est décerné depuis 2002 par plus de 1000 « experts indépendants » (chefs, journalistes spécialisés, propriétaires de restaurants…) qui transmettent leurs notes au magazine Restaurant, du groupe William Reed.

La légitimité de ce classement, parrainé par plusieurs marques, est régulièrement contestée, notamment par des chefs français qui l’accusent de complaisance et d’opacité. Mais il est considéré comme plus audacieux que le Michelin pour discerner les nouvelles tendances en gastronomie.

Ses détracteurs français, mais aussi japonais et américains, ont lancé en 2015 « La liste », classement de 1000 tables à travers le monde. D’après ce classement, le meilleur restaurant du monde est Le Bernardin à New York, qui n’apparaît pas parmi les « 50 Best ».