(Paris) Le troisième étage de la tour Eiffel a été rouvert à son tour mercredi aux visiteurs et touristes, dûment masqués, après quatre mois de fermeture pour cause de coronavirus.

Agence France-Presse

Les deux premiers étages étaient déjà accessibles aux visiteurs depuis le 25 juin.

Mercredi matin avant 10 h, les premiers touristes sont arrivés en famille. Quelques Colombiens, mais surtout des Français et des Franciliens qui sont venus goûter aux joies de la découverte, ou des retrouvailles, avec la Dame de fer.

Tous se sont pliés aux consignes sanitaires : port du masque obligatoire et distributeurs de gel hydroalcoolique installés à chaque étage. De l’entrée de la tour au troisième étage, quelque 2000 panneaux signalétiques rappellent en plusieurs langues — français, anglais, italien, mais « pas le chinois, car les touristes chinois ne sont pas revenus » — les règles d’hygiène et de distanciation physique à respecter.

Au pied de la tour, les allées ont été refaites pour rendre l’accueil plus chaleureux.

Les affaires reprennent doucement, mais sûrement dans ce haut lieu du tourisme mondial. « Depuis la réouverture des deux premiers étages, le 25 juin, on a accueilli lors du premier week-end 5000 visiteurs, puis 7000 au deuxième et 10 000 le week-end dernier », s’est félicité Patrick Branco Ruivo, directeur général de la société d’exploitation tour Eiffel, alors que le confinement s’est traduit par une perte de 9 millions d’euros par mois pour la société.

Depuis le 25 juin, le profil type du visiteur a changé. Avant le confinement, 80 % des visiteurs étaient étrangers, 20 % français. « Aujourd’hui, les deux-tiers sont français et un tiers sont étrangers », selon M. Branco Ruivo.

Pour attirer ces touristes locaux, la tour Eiffel a décidé d’offrir de nouveaux services : demi-tarifs pour les enfants de 4 à 11 ans (désormais fixés à deux euros), soirée DJ set les jeudis et vendredis soirs pour attirer les jeunes : on ne danse pas, distanciation oblige, mais on écoute la musique sur une grande terrasse estivale, donnant sur le champ de Mars, au 1er étage.

En lien avec la Ville de Paris, des artistes de « spectacle vivant » seront également invités à se produire et au mois d’août, il y aura des concerts et du hip-hop, annonce Frédéric Hocquard, adjoint à la Mairie de Paris, chargé de la Vie nocturne et de la Culture.