(Nice) L’aéroport de Nice Côte d’Azur, le plus important de France après ceux de Paris, rouvrira son terminal 2 en intégralité le 1er juillet sur fond de redémarrage attendu du trafic, indispensable à l’économie touristique de la région après l’épidémie de coronavirus.

Agence France-Presse

Le terminal 2 d’où seront traités l’ensemble des vols, le T1 restant fermé, « proposera au cours du mois de juillet un programme permettant de connecter la Côte d’Azur à l’ensemble du territoire français, aux grandes villes européennes, au Maghreb et à Israël », a indiqué l’aéroport dans un communiqué.

Cela représente 17 destinations en France dont deux, Caen et Brest, qui n’étaient pas desservies auparavant, et 62 liaisons internationales.

Le terminal 1 rouvrira « courant du premier trimestre 2021 selon l’évolution du trafic », a précisé à l’AFP l’aéroport qui a perdu pour cet été sa liaison direct Nice-Pékin, les compagnies américaines Delta et United Airlines qui desservaient New York et des liaisons avec la Norvège suite à la faillite d’une compagnie.

Avec les sous-traitants, ce sont 8000 salariés qui ont subi la chute du trafic, pratiquement ramené à zéro pendant le confinement, et la réouverture du terminal 2 ne suffit pas à rassurer.

« Pour l’instant, il n’y a pas de menaces de licenciements, mais des pressions pour les salariés lâchent sur les accords d’entreprise », indique à l’AFP Melissa Nahon, élue CGT de la société d’assistance aéroportuaire Aviapartner, 450 salariés tous corps de métier, du ménage à bord à l’embarquement et la billetterie.

« On nous demande de travailler en coupure ou de réduire nos vacations et de nous déplacer pour 2 heures de travail », décrit-elle, alors que des négociations s’engagent lundi.

« À l’aéroport de Nice, tous les frais de structure, loyers des locaux, stationnements... rien n’a baissé et l’employeur nous dit qu’il ne pourra plus nous payer si l’État ne continue pas sa prise en charge à 100 % du chômage partiel au-delà de septembre », ajoute-t-elle.

Les professionnels du tourisme la Côte d’Azur estiment avoir perdu 1,3 milliard d’euros de mars à juin, selon le comité régional qui s’active pour valoriser la région, dépendante à 40 % de ses visiteurs étrangers et dont les hôtels, musées, parcs de loisirs, rouvrent les uns après les autres.

Emblématique de la Promenade des Anglais, l’hôtel Negresco enregistre ces jours-ci une reprise de ses réservations de bon augure : les appels viennent de France, mais aussi Belgique, Suisse, Allemagne et Italie. Une offre presque à moitié prix est proposée aux habitants du département.