Pandémie oblige, vanter les merveilles d’une destination ne suffit plus pour attirer les touristes. Chypre l’a compris. Et devance ses compétiteurs en promettant d’assumer les frais reliés aux soins de santé des visiteurs qui attraperaient le coronavirus pendant leur séjour.

Violaine Ballivy Violaine Ballivy
La Presse

« Nous allons payer les frais d’hospitalisation des personnes déclarées positives pendant leurs vacances, et payer les frais d’hôtel pour la quarantaine de leurs proches et de leur famille », a annoncé Savvas Perdio, ministre du Tourisme.

Les seules dépenses qui ne seront pas couvertes seront les billets d’avion pour le rapatriement et les frais de taxi pour aller à l’aéroport. L’offre est d’autant plus intéressante pour les touristes que la plupart des sociétés d’assurances ont annoncé qu’elles ne couvriraient pas les dépenses liées à la COVID-19, la pandémie étant une « situation connue » avant le départ, et non un incident imprévu.

Chypre compte relancer les vols internationaux le 9 juin. L’économie chypriote repose largement sur le tourisme. L’an dernier, 3,9 millions de personnes avaient visité l’île. Les autorités espèrent en attirer le tiers cette année. 

— D’après The Guardian