Dans l'est de l'Espagne, les régions vinicoles du Penedès et du Priorat sortent peu à peu de l'ombre de Barcelone. À moins de deux heures de la ville, on y trouve des vignobles à flanc de montagne, une vie au ralenti... et lorsqu'on est chanceux, de vrais diables pour pimenter le tout.

Isabelle Audet LA PRESSE

On produit du vin dans l'est de l'Espagne depuis 800 ans, mais la région n'est que depuis quelques années dans la ligne de mire des épicuriens. Et c'est tant mieux. Même en pleines vendanges, la route qui mène d'un village à l'autre demeure à l'abri du tourisme de masse. De quoi résister au magnétisme de Barcelone le temps d'un week-end, pour cueillir des amandes et marcher dans les vignobles en toute tranquillité.

JOUR 1

13h

Le Penedès

Vous l'apprendrez rapidement: en Espagne rien ne sert de courir... ça arrivera un jour ou l'autre. Départ tardif, donc, de Barcelone vers la campagne.

Début septembre, il suffit de quitter la ville pour constater que les vendanges battent leur plein dans les domaines entre la mer et les montagnes. À peine le temps de faire le tour des radios locales, et vous voilà à Pacs del Penedès, à moins d'une heure.

Nul doute: c'est ici que bat le coeur du géant Torres. C'est le Disneyland du vin espagnol. Chaque heure, on y propose une tournée en petit train du domaine, hologrammes et effets spéciaux odorants compris. Pour l'authenticité, on repassera. Ce tour de base à 8$ par personne irritera les amateurs de vin purs et durs, mais si on fait abstraction des artifices, il est un excellent point de départ, en français, pour comprendre les particularités du vin dans la région.

Les groupes d'au moins six personnes peuvent réserver un tour VIP et quitter le petit train pour les coulisses du domaine.

Dans un cas comme dans l'autre, le cadre est relaxe, et la dégustation plutôt généreuse.

Repartez avec un Mas la Plana, un des vins de Torres les plus appréciés des critiques, puis reprenez la route vers le Priorat.

17h

Priorat- Falset

En un peu plus d'une heure, vous voilà à Falset. C'est le centre du Priorat, et pourtant, on traverse la ville à pied en une quinzaine de minutes.

Cap sur l'Hostal Sports. Malgré son nom, l'hôtel n'a rien d'un havre pour sportifs. Il faut tout de même être en forme pour suivre le programme de sa propriétaire, Martha, si l'envie lui prend de vous faire découvrir la région. On y dort bien, mais demandez une chambre côté jardin, car les Catalans ont le sens de la fête dans la rue principale.

Hostal Sports, 4, rue Miquel Barcelo, Falset

18h

Amandes et fiesta

Si vous êtes chanceux, vous sortirez chercher une collation et vous trouverez un sac d'amandes fraîchement cueillies, encore dans leur coque. Si vous êtes très, très chanceux, vous tomberez alors sur la Santa Candia, une fête locale très animée qui s'échelonne sur tout le premier week-end de septembre. Gare à vos oreilles: une dizaine de gais lurons, déguisés en diables, disposent d'une marmite pleine de pétards et de feux d'artifice. Et ils entendent tout faire exploser.

21h30

Restaurant - Hostal Sport

Falset est un petit village, et l'une de ses meilleures tables (et meilleure sélection de vins régionaux), se trouve à l'Hostal Sport. Puisqu'à être dans la thématique, optez pour le poulet au vin rouge: un bonheur.

JOUR 2

9h

Au réveil, ne manquez pas les croissants chauds et les confitures du restaurant de l'hôtel. Un point de départ costaud pour une journée bohème, d'un vignoble à l'autre.

11h

Coopérative agricole de Falset

Le bâtiment de briques à l'entrée du village abrite des cuves en inox, mais y entrer, c'est comme un voyage dans le passé. Ça sent le raisin qui fermente, les escaliers de pierres concassées sont couverts de toiles d'araignées, et les employés qui y travaillent accueillent les visiteurs comme s'ils faisaient partie du clan.

Des visites guidées ont lieu à heure fixe, mais vous trouverez aisément quelqu'un avec qui discuter dans un idiome mêlant le catalan, l'espagnol, le français et l'anglais entre les tours.Repartez avec un Ètim Grenache 2007, et un Ètim Syrah 2005.

13h à 17h

Route des vins du Priorat

De Falset, prenez la route 710 vers le nord. Vous serpenterez entre les villages perchés à flanc de montagne. Partout, de petites pancartes vous indiqueront les domaines où vous arrêter. On peut s'annoncer, ou arriver à l'improviste. Le samedi, la presque totalité des établissements sont ouverts, particulièrement pendant les vendanges. Vous trouverez aussi en chemin plusieurs bonnes tables.

Poussez jusqu'à Poboleda, un hameau de 400 habitants, et passez dire bonjour à Sandra Doix, l'oenologue chez Mas Doix (115, rue Carme), et à son équipe. Passionnés, ils vous amèneront volontiers dans une petite cave où reposent des vins surprenants. Privilégiez un vin fait de macabeu, un raisin blanc espagnol.

Au retour, arrêtez-vous souvent. Portez attention aux arbres dans lesquels poussent des amandes. Croquez-les assis aux abords d'un vignoble, et profitez de la vue.

21h

Restaurant Babtuma, Falset

Catalan d'adoption, Eias Hana sert des tapas aux accents de mezze. Les lentilles valent le détour, mais l'ambiance de la toute petite place de la Quatera, au coeur de Falset, encore plus. Personne n'a envie d'aller se coucher, et passé minuit, les enfants jouent encore devant le restaurant.

JOUR 3

7h

Avant de partir...

Au lever du soleil, si vous en avez la force, marchez vers le Castell, une grande place située aux abords d'un ancien château, dans la portion nord de Falset. Vous y verrez le soleil se lever entre les montagnes du Priorat et colorer les vignobles, dans un silence absolu.

Et avant de quitter la région pour de bon, vous ferez assurément un détour par la coopérative pour vous procurer un autre Syrah...

Quand les diables s'en mêlent

Par hasard, nous sommes tombés sur les festivités de la Santa Candia. Toute une fin de semaine, les villageois partagent des repas, et festoient dans la rue. Le coup d'envoi de la fête, à Falset, se donne par le bal des diables, le vendredi soir. À la tombée de la nuit, ces diables font tournoyer des feux d'artifice au bout de tiges, dans un vacarme inouï. Tout autour, les enfants les suivent, cachés derrière des masques et sous des «gigantes», d'immenses personnages en papier mâché.

La fête dure deux jours, et culmine le dimanche matin. Des personnages immenses venus des villages des environs défilent dans les rues de Falset, entraînés par de jeunes musiciens.

Une joyeuse cacophonie, un peu anarchique, à laquelle se mêlent des duos cachés sous des chevaux de papier.

La fête s'achève sur notre départ pour Barcelone. Et comme dans toutes les histoires qui poussent à la désobéissance, on a bien envie de suivre les diables de Falset et de rester, pour fêter encore un peu...

grenache, syrah, cabernet sauvignon, merlot, en rouge; macabeu, sauvignon, en blanc

À essayer

Mas la Plana, un vin de chez Torres, à laisser vieillir au moins cinq ans. Etim Syrah 2005 ,de la coopérative agricole de Falset.