Des migrantes nigérianes tombées dans les mailles du trafic sexuel ont trouvé du travail en Italie pour confectionner des robes avec des étoffes de la plus haute qualité: 4000 mètres de tissus, gracieuseté de Gucci.

Publié le 6 juin 2018
Nicole Winfield LA PRESSE CANADIENNE

L'initiative a été annoncée mercredi, à Rome, avec un défilé de mode par ces couturières étrangères et les étudiants en design qui leur ont enseigné comment dessiner puis donner vie à leurs modèles avec un mélange d'imprimés africains et de soie, de satin et de coton de Gucci.

La soeur Rita Giaretta, qui dirige un refuge pour migrants dans la ville de Caserte, explique que ce projet vise à donner un travail digne par lequel ces femmes peuvent se «remettre sur pied».

Avant ce don de la maison de mode italienne, la coopérative de couture Nouvel Espoir confectionnait surtout des sacs à main et des accessoires.

«Quand j'ai vu le tissu, j'étais stupéfiée, raconte Josephine Phillips, une Nigériane de 35 ans qui a défilé en arborant un foulard mercredi. Nous ne nous attendions pas à d'aussi belles choses - des satins, des matériaux que je ne connaissais pas.»

De 10 000 à 30 000 femmes nigérianes seraient actuellement forcées à se prostituer en Italie pour rembourser les passeurs qui ont permis leur entrée au pays.

Le gouvernement italien a triplé le financement de ses efforts pour les sortir de la rue, mais des militants décrient toujours un manque de lieux d'hébergement pour accueillir ces migrantes vulnérables.