Maison patrimoniale

Les rénos d'une vie en chiffres

  •  (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 1 / 12
  • Après réflexion, Denis Pellerin a transformé le balcon d'origine en salle à manger. Inspiré par une maison vue à Key West, il a créé un plafond à caissons de style Tiffany avec des retailles de gypse et des vitraux du 19<sup>e</sup> siècle découverts sur le chantier d'une ancienne bijouterie de Montréal. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    Après réflexion, Denis Pellerin a transformé le balcon d'origine en salle à manger. Inspiré par une maison vue à Key West, il a créé un plafond à caissons de style Tiffany avec des retailles de gypse et des vitraux du 19e siècle découverts sur le chantier d'une ancienne bijouterie de Montréal.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 2 / 12
  • La cuisine d'été d'origine a été agrandie pour en faire un salon. Le plancher d'épinette, coupé, scié et ciré par l'entrepreneur, donne un cachet ancien à la pièce. Le plafond est découpé par des poutres structurales en pruche assemblées avec des goujons et installées à la manière ancienne. Les panneaux muraux, en chêne maillé avec fini d'origine, ont été récupérés d'une vieille maison à Chambly. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    La cuisine d'été d'origine a été agrandie pour en faire un salon. Le plancher d'épinette, coupé, scié et ciré par l'entrepreneur, donne un cachet ancien à la pièce. Le plafond est découpé par des poutres structurales en pruche assemblées avec des goujons et installées à la manière ancienne. Les panneaux muraux, en chêne maillé avec fini d'origine, ont été récupérés d'une vieille maison à Chambly.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 3 / 12
  • L'entrepreneur a mis la main sur les armoires de cuisine du couvent des Soeurs adoratrices du Précieux-Sang. Elles datent de la fin des années 1800, tout comme les comptoirs en bois massif. Nettoyées, peintes et cirées, ces armoires anciennes créent un joli contraste avec les éléments plus modernes de la cuisine. Les murs d'origine de la maison ont servi à construire l'îlot de 6 pieds sur 9 pieds. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    L'entrepreneur a mis la main sur les armoires de cuisine du couvent des Soeurs adoratrices du Précieux-Sang. Elles datent de la fin des années 1800, tout comme les comptoirs en bois massif. Nettoyées, peintes et cirées, ces armoires anciennes créent un joli contraste avec les éléments plus modernes de la cuisine. Les murs d'origine de la maison ont servi à construire l'îlot de 6 pieds sur 9 pieds.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 4 / 12
  • Le meuble sacré de Denis Pellerin est le prie-Dieu. Il lui a fallu 125 heures de travail pour redonner sa prestance originale à cette pièce unique. Orné de verre givré fait à la main, il est maintenant évalué à 25 000 $. L'entrepreneur a conservé la photo de son oeuvre dans sa poche, telle une relique, pendant toute la durée des travaux. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    Le meuble sacré de Denis Pellerin est le prie-Dieu. Il lui a fallu 125 heures de travail pour redonner sa prestance originale à cette pièce unique. Orné de verre givré fait à la main, il est maintenant évalué à 25 000 $. L'entrepreneur a conservé la photo de son oeuvre dans sa poche, telle une relique, pendant toute la durée des travaux.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 5 / 12
  • Le magnifique mur en pierres des champs a été érigé sur le solage restauré. On remarque le présentoir blanc, sur le mur de pierre : les soeurs y exposaient des statues de la Sainte Vierge et Denis Pellerin lui a redonné vie. Au plafond, les poutres s'emboîtent l'une dans l'autre et sont fixées à l'aide de goujons, sans colle ni clous. Ici, les techniques ancestrales sont un must. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    Le magnifique mur en pierres des champs a été érigé sur le solage restauré. On remarque le présentoir blanc, sur le mur de pierre : les soeurs y exposaient des statues de la Sainte Vierge et Denis Pellerin lui a redonné vie. Au plafond, les poutres s'emboîtent l'une dans l'autre et sont fixées à l'aide de goujons, sans colle ni clous. Ici, les techniques ancestrales sont un must.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 6 / 12
  • Les poutres et les moulures de cette pièce sont d'origine. Le plancher est en pin. Pour respecter l'architecture de l'époque, les fenêtres ont été refaites en PVC selon un modèle à crémone. La tapisserie importée d'Angleterre est une reproduction d'époque. Et, comme dans un musée, on tombe ici sur de petits trésors, comme une balance qui provient de la toute première imprimerie de Montréal. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    Les poutres et les moulures de cette pièce sont d'origine. Le plancher est en pin. Pour respecter l'architecture de l'époque, les fenêtres ont été refaites en PVC selon un modèle à crémone. La tapisserie importée d'Angleterre est une reproduction d'époque. Et, comme dans un musée, on tombe ici sur de petits trésors, comme une balance qui provient de la toute première imprimerie de Montréal.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 7 / 12
  • L'escalier qui mène à l'étage a présenté un des plus gros défis. Au départ, la maison était affaissée de 18 pouces et toute la charge était reportée sur l'escalier. Le propriétaire a dû creuser la cave et relever le plancher petit à petit pendant un mois jusqu'à ce qu'il soit aligné. Il a ensuite remis l'escalier en place et l'a restauré en reproduisant fidèlement le style original. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    L'escalier qui mène à l'étage a présenté un des plus gros défis. Au départ, la maison était affaissée de 18 pouces et toute la charge était reportée sur l'escalier. Le propriétaire a dû creuser la cave et relever le plancher petit à petit pendant un mois jusqu'à ce qu'il soit aligné. Il a ensuite remis l'escalier en place et l'a restauré en reproduisant fidèlement le style original.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 8 / 12
  • Rien n'a été négligé pour laisser entrer la lumière naturelle. Ici, dans l'escalier qui mène à l'étage, Denis Pellerin a récupéré une ancienne fenêtre dont le carrelage en plomb a été soudé à la main. Le plancher, en pin Maibec, donne un look antique, notamment grâce à des clous de forge apparents. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    Rien n'a été négligé pour laisser entrer la lumière naturelle. Ici, dans l'escalier qui mène à l'étage, Denis Pellerin a récupéré une ancienne fenêtre dont le carrelage en plomb a été soudé à la main. Le plancher, en pin Maibec, donne un look antique, notamment grâce à des clous de forge apparents.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 9 / 12
  • À partir de vieilles portes au carrelage en laiton soudé, le propriétaire a conçu cette reproduction des confituriers d'antan. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    À partir de vieilles portes au carrelage en laiton soudé, le propriétaire a conçu cette reproduction des confituriers d'antan.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 10 / 12
  • Le look de la salle de bain rappelle les salles d'eau des maisons nobles du début du 20<sup>e </sup>siècle. La céramique de style métro (qui doit son nom à celle installée dans le métro de New York au début des années 1900) et les nombreuses moulures donnent le ton. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    Le look de la salle de bain rappelle les salles d'eau des maisons nobles du début du 20e siècle. La céramique de style métro (qui doit son nom à celle installée dans le métro de New York au début des années 1900) et les nombreuses moulures donnent le ton.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 11 / 12
  • La partie gauche de la maison est érigée sur les fondations d'origine. L'annexe, à droite, a été reconstruite en respectant les proportions des grandes maisons du début des années 1900. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Plein écran

    La partie gauche de la maison est érigée sur les fondations d'origine. L'annexe, à droite, a été reconstruite en respectant les proportions des grandes maisons du début des années 1900.

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • 12 / 12

À Saint-Basile-le-Grand, un résident a entamé le projet d'une vie : rénover une vieille maison selon les règles de l'art. C'est aux abords de la rivière Richelieu, dans un décor enchanteur, que se dresse fièrement la maison patrimoniale de Denis Pellerin. En voici le récit, en chiffres.

2001

Denis Pellerin et sa conjointe de l'époque ont vent que le monastère des Soeurs adoratrices du Précieux-Sang, à Nicolet, doit être démoli après 100 ans d'existence, car il est jugé trop dangereux. La famille Pellerin étant bien connue dans la communauté grâce à l'oncle, qui a déjà été maire, et au grand-père, qui faisait des dons de bétail, le petit-fils obtient un accès privilégié à la propriété quelques semaines avant la vente des biens.

2 000 $

C'est le montant que débourseront Denis Pellerin et son ex-conjointe pour récupérer toutes les portes et les moulures nécessaires à la rénovation d'une maison qu'ils convoitent, ainsi que de la quincaillerie, du verre givré, un prie-Dieu, des meubles et même de la vaisselle! « Les soeurs sont connues pour leur bec sucré. Alors, tous les vendredis, j'arrivais avec ma tarte au sucre maison, puis je leur indiquais ce qui m'intéressait et on s'entendait sur un prix », se souvient l'homme d'affaires.

2002

C'est le coup de foudre tant attendu! Une maison construite en 1869, située au bord du Richelieu, est à vendre. Son terrain de 60 000 pieds carrés est ceinturé de beauté, avec le mont Saint-Hilaire et la rivière Richelieu d'un côté et le mont Saint-Bruno et les campagnes verdoyantes de l'autre. Un travail de moine les attend!

182 jours

C'est le temps que son ex-conjointe passe à décaper, à teindre et à vernir toutes les boiseries et portes de la maison. Pas moins de 27 gallons de décapant seront nécessaires pour en venir à bout! Munie d'une pelle, sa fille aînée, alors âgée de 8 ans, aide son père à creuser le solage de la deuxième annexe dans la cuisine. Son oncle, quant à lui, sera responsable de restaurer toute la quincaillerie de la maison.

14

C'est le nombre d'années de sa vie que Denis Pellerin a consacré à cette maison. Des frissons lui parcourent l'échine quand il repense à toutes ces heures passées à bûcher, aux nuits où il s'éclipsait dans sa grange transformée en atelier pour démolir et reconstruire pendant qu'autour de lui séchaient des poutres... Une aventure dans laquelle il a investi toute sa passion et énormément d'énergie.

2016

Cette année-là est marquée d'une pierre blanche, car elle met le point final à ce projet d'une vie.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Mieux apprivoiser son espace

    SUITE

    Mieux apprivoiser son espace

    La maison est un point d'ancrage, un repère au quotidien. Témoin de tous nos états d'âme, elle reflète nos goûts et notre style de vie. Qu'on aspire... »

  • Un nid au balcon

    SUITE

    Un nid au balcon

    À 25 ans, Karoline Trudeau remarquait que ses amis, n'avaient souvent que de petits balcons pour mettre le nez dehors. L'année suivante, elle... »

  • Aménagement : les grandes tendances

    SUITE

    Aménagement : les grandes tendances

    Vous gardez en souvenir ce magnifique jardin d'Andalousie avec ses murs blancs et ses pots fleuris? Ou encore cette terrasse ombragée vue sur... »

  • Guillaume Ménard : voyager pour créer

    SUITE

    Guillaume Ménard : voyager pour créer

    On lui doit le décor et l'ambiance de plusieurs bars et restaurants branchés de Montréal. Rencontre avec Guillaume Ménard qui, avec son studio... »

  • Oser le luxe... au lit!

    SUITE

    Oser le luxe... au lit!

    Bien sûr, il faut y mettre le prix, mais lorsqu'on se glisse dans des draps de qualité, on n'a plus envie de sortir du lit. Comme on passe près du... »

  • Maisons de rêve pour vacances de rêve

    SUITE

    Maisons de rêve pour vacances de rêve

    On rêve tous de s'envoler vers un autre pays pour se la couler douce en famille ou entre amis. Pourquoi ne pas rêver encore plus grand en jetant un... »

La liste:-1:liste; la boite:4293772:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2333426:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2320468:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:4297547:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer
  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
     (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    Après réflexion, Denis Pellerin a transformé le balcon d'origine en salle à manger. Inspiré par une maison vue à Key West, il a créé un plafond à caissons de style Tiffany avec des retailles de gypse et des vitraux du 19<sup>e</sup> siècle découverts sur le chantier d'une ancienne bijouterie de Montréal. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    Après réflexion, Denis Pellerin a transformé le balcon d'origine en salle à manger. Inspiré par une maison vue à Key West, il a créé un plafond à caissons de style Tiffany avec des retailles de gypse et des vitraux du 19e siècle découverts sur le chantier d'une ancienne bijouterie de Montréal.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    La cuisine d'été d'origine a été agrandie pour en faire un salon. Le plancher d'épinette, coupé, scié et ciré par l'entrepreneur, donne un cachet ancien à la pièce. Le plafond est découpé par des poutres structurales en pruche assemblées avec des goujons et installées à la manière ancienne. Les panneaux muraux, en chêne maillé avec fini d'origine, ont été récupérés d'une vieille maison à Chambly. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    La cuisine d'été d'origine a été agrandie pour en faire un salon. Le plancher d'épinette, coupé, scié et ciré par l'entrepreneur, donne un cachet ancien à la pièce. Le plafond est découpé par des poutres structurales en pruche assemblées avec des goujons et installées à la manière ancienne. Les panneaux muraux, en chêne maillé avec fini d'origine, ont été récupérés d'une vieille maison à Chambly.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    L'entrepreneur a mis la main sur les armoires de cuisine du couvent des Soeurs adoratrices du Précieux-Sang. Elles datent de la fin des années 1800, tout comme les comptoirs en bois massif. Nettoyées, peintes et cirées, ces armoires anciennes créent un joli contraste avec les éléments plus modernes de la cuisine. Les murs d'origine de la maison ont servi à construire l'îlot de 6 pieds sur 9 pieds. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    L'entrepreneur a mis la main sur les armoires de cuisine du couvent des Soeurs adoratrices du Précieux-Sang. Elles datent de la fin des années 1800, tout comme les comptoirs en bois massif. Nettoyées, peintes et cirées, ces armoires anciennes créent un joli contraste avec les éléments plus modernes de la cuisine. Les murs d'origine de la maison ont servi à construire l'îlot de 6 pieds sur 9 pieds.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    Le meuble sacré de Denis Pellerin est le prie-Dieu. Il lui a fallu 125 heures de travail pour redonner sa prestance originale à cette pièce unique. Orné de verre givré fait à la main, il est maintenant évalué à 25 000 $. L'entrepreneur a conservé la photo de son oeuvre dans sa poche, telle une relique, pendant toute la durée des travaux. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    Le meuble sacré de Denis Pellerin est le prie-Dieu. Il lui a fallu 125 heures de travail pour redonner sa prestance originale à cette pièce unique. Orné de verre givré fait à la main, il est maintenant évalué à 25 000 $. L'entrepreneur a conservé la photo de son oeuvre dans sa poche, telle une relique, pendant toute la durée des travaux.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    Le magnifique mur en pierres des champs a été érigé sur le solage restauré. On remarque le présentoir blanc, sur le mur de pierre : les soeurs y exposaient des statues de la Sainte Vierge et Denis Pellerin lui a redonné vie. Au plafond, les poutres s'emboîtent l'une dans l'autre et sont fixées à l'aide de goujons, sans colle ni clous. Ici, les techniques ancestrales sont un must. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    Le magnifique mur en pierres des champs a été érigé sur le solage restauré. On remarque le présentoir blanc, sur le mur de pierre : les soeurs y exposaient des statues de la Sainte Vierge et Denis Pellerin lui a redonné vie. Au plafond, les poutres s'emboîtent l'une dans l'autre et sont fixées à l'aide de goujons, sans colle ni clous. Ici, les techniques ancestrales sont un must.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    Les poutres et les moulures de cette pièce sont d'origine. Le plancher est en pin. Pour respecter l'architecture de l'époque, les fenêtres ont été refaites en PVC selon un modèle à crémone. La tapisserie importée d'Angleterre est une reproduction d'époque. Et, comme dans un musée, on tombe ici sur de petits trésors, comme une balance qui provient de la toute première imprimerie de Montréal. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    Les poutres et les moulures de cette pièce sont d'origine. Le plancher est en pin. Pour respecter l'architecture de l'époque, les fenêtres ont été refaites en PVC selon un modèle à crémone. La tapisserie importée d'Angleterre est une reproduction d'époque. Et, comme dans un musée, on tombe ici sur de petits trésors, comme une balance qui provient de la toute première imprimerie de Montréal.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    L'escalier qui mène à l'étage a présenté un des plus gros défis. Au départ, la maison était affaissée de 18 pouces et toute la charge était reportée sur l'escalier. Le propriétaire a dû creuser la cave et relever le plancher petit à petit pendant un mois jusqu'à ce qu'il soit aligné. Il a ensuite remis l'escalier en place et l'a restauré en reproduisant fidèlement le style original. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    L'escalier qui mène à l'étage a présenté un des plus gros défis. Au départ, la maison était affaissée de 18 pouces et toute la charge était reportée sur l'escalier. Le propriétaire a dû creuser la cave et relever le plancher petit à petit pendant un mois jusqu'à ce qu'il soit aligné. Il a ensuite remis l'escalier en place et l'a restauré en reproduisant fidèlement le style original.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    Rien n'a été négligé pour laisser entrer la lumière naturelle. Ici, dans l'escalier qui mène à l'étage, Denis Pellerin a récupéré une ancienne fenêtre dont le carrelage en plomb a été soudé à la main. Le plancher, en pin Maibec, donne un look antique, notamment grâce à des clous de forge apparents. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    Rien n'a été négligé pour laisser entrer la lumière naturelle. Ici, dans l'escalier qui mène à l'étage, Denis Pellerin a récupéré une ancienne fenêtre dont le carrelage en plomb a été soudé à la main. Le plancher, en pin Maibec, donne un look antique, notamment grâce à des clous de forge apparents.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    À partir de vieilles portes au carrelage en laiton soudé, le propriétaire a conçu cette reproduction des confituriers d'antan. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    À partir de vieilles portes au carrelage en laiton soudé, le propriétaire a conçu cette reproduction des confituriers d'antan.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    Le look de la salle de bain rappelle les salles d'eau des maisons nobles du début du 20<sup>e </sup>siècle. La céramique de style métro (qui doit son nom à celle installée dans le métro de New York au début des années 1900) et les nombreuses moulures donnent le ton. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    Le look de la salle de bain rappelle les salles d'eau des maisons nobles du début du 20e siècle. La céramique de style métro (qui doit son nom à celle installée dans le métro de New York au début des années 1900) et les nombreuses moulures donnent le ton.

  • PROMOTION - SUITE - Les rénos d'une vie en chiffres
    La partie gauche de la maison est érigée sur les fondations d'origine. L'annexe, à droite, a été reconstruite en respectant les proportions des grandes maisons du début des années 1900. (Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe)

    Crédit : Gracieuseté de Lucie Paradis Courtier Remax Privilège inc © Félix Audette photographe

    La partie gauche de la maison est érigée sur les fondations d'origine. L'annexe, à droite, a été reconstruite en respectant les proportions des grandes maisons du début des années 1900.