(Lausanne) Le Comité international olympique est « de plus en plus confiant » que les Jeux olympiques de Tokyo pourront être présentés devant des spectateurs l’an prochain, à la suite des progrès qui ont été annoncés cette semaine dans le développement d’un vaccin contre la COVID-19 et la présentation d’épreuves tests.

Associated Press

À la suite d’un report des Jeux d’été d’un an, le CIO a indiqué qu’il misait sur les tests de dépistage rapides de la COVID-19 et le développement d’un vaccin pour assurer la présentation du plus grand évènement sportif de la planète à compter du 23 juillet 2021.

L’entreprise pharmaceutique Pfizer a annoncé lundi des résultats encourageants dans ses essais cliniques, et des épreuves internationales de gymnastique ont été présentées avec succès le week-end dernier à Tokyo.

« Si on se fie à la manière dont se sont déroulées les épreuves tests au Japon, je crois qu’on peut être de plus en plus confiant que nous serons en mesure d’accueillir un nombre raisonnable de spectateurs dans nos installations olympiques », a noté le président du CIO Thomas Bach.

Interrogé à savoir si le CIO comptait faire l’achat de doses de vaccin pour les participants aux JO, Bach a déclaré qu’il discutait avec l’Organisation mondiale de la Santé et « un certain nombre de manufacturiers ».

« Plusieurs pistes sont présentement analysées, afin de déterminer comment le vaccin sera distribué », a-t-il dit.

Il a cependant ajouté que les athlètes ne devraient pas être la priorité absolue dans ce dossier.

« La première vague de vaccination… devrait être offerte aux gens qui en ont vraiment besoin, les groupes à risque, comme les infirmières, les médecins et tous ceux qui s’assurent que nos sociétés peuvent continuer d’avancer », a évoqué Bach.

Le patron du CIO a indiqué qu’il se rendra à Tokyo la semaine prochaine pour la première fois depuis l’annonce du report des JO en mars dernier. D’ailleurs, ceux qui l’accompagneront se sont déjà placés en quarantaine afin de se préparer en prévision du voyage.

Quant à savoir s’il prévoyait tenir des discussions avec le comité organisateur sur une éventuelle annulation des JO, Bach a sèchement répondu : « non ».