(Moscou) La Russie s’apprête à livrer une autre bataille juridique à la Fédération internationale d'athlétisme, après que son ministre des Sports a déclaré que ses principaux athlètes devraient avoir le droit de s’exécuter sur la scène internationale même si le pays refuse de payer une amende de 5 millions de dollars américains.

Associated Press

La Fédération russe d’athlétisme, surnommée « RusAF », doit cette somme à la suite d’un scandale où la Russie a admis avoir fabriqué de faux documents, avec l’accord de la direction précédente, pour fournir un alibi à un athlète qui a évité un test antidopage.

Dopage institutionnalisé

L’organisation devra verser 5 millions à World Athletics d’ici au 1er juillet pour permettre de nouveau aux athlètes russes de participer à des compétitions « sous bannière neutre » –les couleurs et l’hymne national russes ne sont pas admis aux JO– en attendant que le scandale de dopage institutionnalisé en Russie soit réglé.

Les « Russes neutres » ont remporté six médailles l’an dernier sous bannière neutre aux Championnats du monde d’athlétisme, et certains d’entre eux aspirent à la victoire aux Jeux olympiques de Tokyo en 2021.

« Le ministre russe des Sports estime qu’il est essentiel de rappeler la nature inacceptable de la décision d’imposer des mesures restrictives à des athlètes propres qui souhaitent participer à des compétitions », a déclaré le ministère jeudi.

Selon le ministère, interrompre l’octroi du statut « d’athlète neutre » serait « l’adoption d’une décision injustifiée en matière de responsabilité collective, contraire à l’esprit et aux principes du droit international dans le domaine des droits de l’homme ».

World Athletics a indiqué mercredi qu’elle développera un nouveau système d’octroi du statut d’athlète neutre en vue de la saison 2020, qui sera écourtée par la pandémie du coronavirus, « dès que l’amende sera payée ».

Pas de commentaire

La RusAF a refusé de répondre jeudi aux questions relatives à sa volonté de payer l’amende, et celles à savoir si elle disposait d’un tel montant. Le comité a publié un communiqué la semaine dernière pour demander à World Athletics de relancer le système d’octroi du statut d’athlète neutre, que l’amende soit payée ou non.

Le président de la RusAF, Yevgeny Yurchenko, n’a pas contesté les conditions énumérées par World Athletics en mars, et ajouté qu’« un effort maximal » sera déployé afin de payer l’amende dans les temps requis. La fédération a éprouvé des ennuis à boucler son budget ces dernières années.

Le Comité olympique russe a confié la semaine dernière qu’il n’avancera pas l’argent pour payer l’amende.

Cette bataille est un coup dur dans la tentative de la Russie de mettre un terme à la suspension imposée à la RusAF en 2015 dans la foulée du scandale de dopage institutionnalisé.

L’an dernier, World Athletics semblait en voie d’autoriser le retour sans condition de la Russie dans ses rangs. C’était avant que l’Unité d’intégrité de l’athlétisme n’accuse la RusAF et sept Russes, dont l’ex-président de la fédération et un athlète évoluant sous une bannière neutre, d’avoir été impliqués dans la fabrication de faux documents.