L'Espagnol Rafael Nadal et le Britannique Andy Murray, dominateurs samedi en demi-finales respectivement face au Français Gaël Monfils et au Croate Mario Ancic, disputeront dimanche la finale rêvée par les spectateurs du tournoi ATP de Rotterdam.

Mis à jour le 14 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le numéro un mondial et tête de série N.1 face au 4e joueur de la planète et tête de série N.2: le directeur du tournoi néerlandais, l'ancien joueur Richard Krajicek, ne pouvait imaginer mieux. Entre les deux joueurs, déjà vainqueurs cette saison -- Nadal à Melbourne et Murray à Doha -- la bagarre s'annonce «fabuleuse», selon Murray, celui qui a laissé la meilleure impression cette semaine.

Samedi, l'Ecossais a survolé son match face à Ancic (6-1, 6-2 en 61 minutes) faisant preuve d'une assurance phénoménale au service et d'un très bon rendement en retour.

«J'ai vraiment commis très peu d'erreurs», s'est réjoui Murray, 21 ans, à peine perturbé par une douleur à la cheville droite «consécutive à l'accumulation des matches depuis le début de la saison».

En revanche, Rafael Nadal s'est montré moins souverain cette semaine. Le Majorquin n'a pas survolé les débats comme il en a l'habitude. À trois reprises, devant Bolleli puis Dimitrov et Tsonga, Nadal a concédé une manche.

Et s'il s'est imposé en deux sets (6-4, 6-4) face à Monfils (N.5), ce ne fut pas sans peine, tant le Français s'est montré accrocheur malgré des problèmes digestifs.

«Gaël a été diminué par des soucis d'estomac. Je suis désolé pour lui. De mon côté, j'ai commis  beaucoup plus d'erreurs que d'habitude mais l'important, c'est d'être en finale», a déclaré Nadal.

«J'espère ajouter mon nom à l'incroyable palmarès de ce tournoi», a-t-il poursuivi l'Espagnol qui entend rejoindre les Connors, Ashe, Borg, McEnroe ou encore Lendl sur la liste des vainqueurs à Rotterdam.

Nadal mène 5 à 1 dans ses confrontations avec Murray, mais c'est l'Ecossais qui s'était imposé lors de leur dernière confrontation, en demi-finale de l'US Open 2008.