(Melbourne) Daniil Medvedev, qui a hérité du statut de favori depuis l’expulsion de Novak Djokovic, était trop solide pour se laisser impressionner par le spectacle de Nick Kyrgios, jeudi dans le choc annoncé du 2e tour de l’Open d’Australie.

Publié le 20 janvier
Igor GEDILAGHINE Agence France-Presse

« J’étais venu pour gagner ce match et je suis content de l’avoir fait », a lancé Medvedev sur un ton glaçant après avoir écarté Nick Kyrgios 7-6 (7/1), 6-4, 4-6, 6-2 devant un public qu’il a jugé irrespectueux.

S’il a exprimé sa colère après le match, il a su la contenir durant la partie.

« C’est la seule chose à faire quand on est hué entre ses premières et secondes balles de service », a-t-il expliqué. Ce qu’il a pris pour des huées n’était peut-être que des manifestations auxquelles sont habitués les supporters australiens.

« Ce n’est pas le problème, ils le faisaient entre mes deux balles de service », a insisté Medvedev qui, après avoir concédé la troisième manche, a haussé son niveau pour dominer nettement l’Australien toujours dangereux à Melbourne, même s’il se remet d’un COVID-19 et s’il n’a quasiment pas joué depuis le début de la pandémie en 2020.

D’ailleurs, Kyrgios a proposé son grand spectacle (coups entre les jambes de face et de dos, services à la cuiller ou simulations de services à la cuiller) pour maintenir Medvedev sous pression, multipliant interactions avec le public, cris et grimaces en tout genre, mais aussi coups de génie. Insuffisant pour déstabiliser le Russe, finaliste de l’édition 2021.