(Wimbledon) Andy Murray, 118e mondial à 34 ans, s’est qualifié mercredi pour le 3e tour de Wimbledon en battant l’Allemand Oscar Otte (151e et issu des qualifications) en cinq sets 6-3, 4-6, 4-6, 6-4, 6-2, avant de s’en prendre au gouvernement britannique.

Agence France-Presse

« J’ai apprécié la fin de la partie plus que le milieu. Mais le public a été incroyable. Il m’a redonné de l’énergie et j’ai vraiment eu besoin de tout le monde », a commenté l’Écossais qui n’avait plus joué à Wimbledon depuis quatre ans. Mais il a surtout critiqué le gouvernement du premier ministre Boris Johnson pour la « pathétique » augmentation de salaire offerte aux personnels soignants, invités pour certains d’entre eux dans la loge royale à Wimbledon.

PHOTO ALASTAIR GRANT, AP

Oscar Otte

Le gouvernement s’est attiré les critiques en annonçant qu’il ne pouvait pas se permettre d’accorder plus de 1 % d’augmentation aux personnels travaillant pour le service public de la santé, le NHS (National Health Service).

PHOTO TOBY MELVILLE, REUTERS

Andy Murray célèbre avec ses partisans

« Je pense quoi, qu’ils ont obtenu quelque chose comme 1 % d’augmentation ? C’est pathétique », a-t-il déclaré.  

« Ils méritent évidemment beaucoup plus que ça, et oui, ils ont fait un super boulot en nous sortant de la pandémie » de COVID-19, a-t-il ajouté. « J’espère que les politiciens pourront comprendre qu’ils méritent plus que ce qu’ils ont été payés jusqu’à maintenant », a-t-il encore jugé.

Lob magistral

Sur le court, Otte pensait peut-être avoir fait le plus dur en prenant l’avantage deux sets à un, mais c’était sans compter sur le caractère de Murray, double lauréat du tournoi (2013, 2016) et porté par le public.

Il n’a rien lâché et est revenu dans le match, a égalisé à deux sets partout et s’est détaché 3-0 dans le set décisif.

Il a bénéficié d’une pause à 2-2 dans le quatrième set, le temps de fermer le toit du Centre Court sur les coups de 21 h comme le veut le règlement.

« Au retour, j’ai tenté de changer certaines choses et de mieux saisir mes occasions », a expliqué Murray en reconnaissant que le manque de matchs ces derniers mois lui avait été préjudiciable en milieu de partie parce qu’il ne savait plus gérer au mieux les moments clés.

Sur une chute après une glissade dans le 4e jeu de la 5e manche, Murray a semblé s’être fait mal au genou droit. Mais pas de quoi arrêter sa marche en avant vers la qualification pour le 3e tour, définitivement acquise sur un magistral lob.

Lundi, il avait remporté face au Géorgien Nikoloz Basilashvili (28e) 6-4, 6-3, 5-7, 6-3 son premier match à Wimbledon depuis son élimination en quarts en 2017.

« C’est génial d’être de retour, de jouer sur le Centre Court dans une telle atmosphère », s’était-il réjoui.

Au prochain tour, il affrontera le Canadien Denis Shapovalov (12e). Ce dernier, après un premier tour difficile pour éliminer en cinq sets l’Allemand Philipp Kohlschreiber (115e), a bénéficié du forfait de son adversaire suivant, l’Espagnol Pablo Andujar (70e).

Double champion olympique, Murray se bat pour retrouver son meilleur niveau après une opération de la hanche en janvier 2018 et une récente blessure à l’aine.