(Melbourne, Australie) Rafael Nadal et Nick Kyrgios ont surmonté la résistance de leurs adversaires et leurs propres démons pour atteindre le troisième tour des Internationaux d’Australie, jeudi à Melbourne.

Igor GEDILAGHINE
Agence France-Presse

« J’aurais pu me perdre dans des coins très, très sombres, mais j’ai réussi à en revenir », a commenté Kyrgios au sujet de la perte du troisième set lors de son match contre le Français Gilles Simon.

« Je me suis dit "arrête tes conneries et mets-toi au boulot" », a ajouté le fantasque australien qui voulait absolument éviter un cinquième set contre un adversaire qui a failli le rendre fou en tentant de l’empêcher de mettre du rythme dans les échanges.

PHOTO HANNAH MCKAY, REUTERS

Nick Kyrgios

« Je savais que si on allait au cinquième set, ce serait difficile physiquement pour moi », a expliqué le 26e joueur mondial.

Nadal aussi, tout numéro 1 mondial qu’il est, a connu un moment de moins bien au deuxième set contre l’Argentin Federico Delbonis.

Nadal « sous pression »

« Quand vous êtes incapable de convertir la moindre balle de bris alors que vous vous en procurez beaucoup, vous vous retrouvez sous pression », a analysé l’Espagnol de 33 ans, visiblement mécontent de lui.

« Heureusement que j’ai bien servi pendant le bris d'égalité. j’ai bien joué ce jeu décisif », a-t-il ajouté.

« Espérons que ce n’était qu’une histoire d’un soir. Je pense que je vais mieux jouer par ce que chaque fois (depuis le début du tournoi), j’ai joué à un bon niveau au troisième set. Il faut juste que je le fasse plus tôt », a-t-il commenté.

Le Majorquin a également avoué s’être fait peur lorsqu’un de ses coups a heurté une ramasseuse de balle directement à la tête, « l’un des moments les plus effrayants de ma carrière ».

Son valeureux adversaire de la finale des Internationaux des États-Unis, Daniil Medvedev, a profité du toit du Margaret Court Arena pour passer au troisième tour en début d’après-midi alors que la pluie perturbait de nouveau le programme.

PHOTO ANDY BROWNBILL, ASSOCIATED PRESS

Daniil Medvedev

Le Russe de 23 ans a écarté le qualifié espagnol Pedro Martinez (168e) en trois manches mais a tenu à insister sur la difficulté de ce match, « en particulier au premier set ».

« Moins d’expérience »

« Il a moins d’expérience que moi, alors même quand il jouait le feu au premier set, je savais que je devais m’accrocher et être présent tout au long du match », le no 4 mondial.

Un autre homme fort du tournoi est monté en puissance jeudi : Alexander Zverev (7e) a écarté le Biélorusse Egor Gerasimov, actuellement 98e à l’ATP mais qu’il voit « vite entrer dans le top 50 ».

PHOTO MANAN VATSYAYANA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Alexander Zverev

« Je me sens beaucoup mieux qu’à l’ATP Cup », a commenté l’Allemand de 22 ans qui avait perdu ses trois matchs lors de cette nouvelle compétition par équipes nationales.

« Mon service n’avait pas bien marché à l’ATP Cup et là, je suis au troisième tour sans avoir encore perdu un set », a-t-il relevé

Pliskova (2e), elle, a poursuivi sans problème son parcours à Melbourne, même si elle a estimé ne pas avoir livré « un beau match » contre l’Allemande Laura Siegemund (72e).

« Son jeu ne me convient pas. J’espère mieux jouer au prochain tour », a estimé la Tchèque de 27 ans, lauréate de son 16e titre de la WTA le 12 janvier à Brisbane et qui avait atteint les demi-finales à Melbourne l’an dernier.

Simona Halep (3e) et Elina Svitolina (5e) seront elles aussi au rendez-vous du troisième tour.

Fin de parcours, en revanche, pour la Lettone Jelena Ostapenko, lauréate à Roland-Garros en 2017 et ex-no 5 mondiale retombée au 45e rang, qui jouait aux Internationaux d'Australie pour « s’occuper » après le décès de son père au début du mois. Elle a été éliminée par la Suissesse Belinda Bencic (7e).