Serena Williams, qui a tiré un trait sur le reste de la saison 2017 mercredi après l'annonce de sa grossesse, «ne veut pas s'arrêter là», a assuré vendredi son entraîneur Patrick Mouratoglou, contacté par l'AFP.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Dire quand elle reviendra précisément (l'an prochain) n'est pas quelque chose dont elle se soucie dans l'immédiat. Mais, elle ne veut pas s'arrêter là», a-t-il expliqué.

L'Américaine de 35 ans, lauréate d'un 23e trophée majeur à Melbourne en début d'année, avait fait savoir par le biais de son agent mercredi être «impatiente» de revenir sur le circuit l'an prochain.

«Elle a gagné les derniers Internationaux d'Australie, va probablement redevenir numéro 1 la semaine prochaine et sent qu'elle peut encore dominer le tennis», souligne Patrick Mouratoglou.

Battre le record absolu de l'Australienne Margaret Court-Smith, victorieuse de 24 titres majeurs de 1960 à 1973, est aussi «un élément déterminant» dans la motivation de l'Américaine, selon l'entraîneur français.

La naissance de son premier enfant devrait intervenir en septembre, durant les Interationaux des États-Unis, avant son 36e anniversaire (le 26 septembre).