Révélation de la saison sur le circuit féminin, Eugenie Bouchard n'aura plus l'avantage de la surprise en 2014. Et cela ne la dérange pas.

Mis à jour le 22 nov. 2013
Michel Marois LA PRESSE

«En fait, ce sera plutôt moi qui aurai l'avantage de jouer à nouveau dans tous les tournois que j'ai découverts l'an dernier, a-t-elle expliqué, hier, en conférence téléphonique. Je serai certainement plus à l'aise. Pour ce qui est de la pression supplémentaire associée à mon titre, je ne crois pas que cela change quoi que ce soit.

«J'ai travaillé très fort cette saison pour m'améliorer et bien performer. Cette reconnaissance de la WTA confirme que ça en valait la peine et j'en suis très fière.»

La joueuse de 19 ans passera les prochaines semaines en Floride à l'académie dirigée par son entraîneur Nick Saviano. «Nous travaillons ensemble depuis que j'ai 12 ans et il sera plus présent cette saison, dans les grands tournois notamment», a rappelé Eugenie.

Bouchard retrouvera là-bas son amie Laura Robson, la Britannique qui avait été élue révélation de l'année en 2012 et qui s'entraîne également avec Saviano, mais à temps partiel.

La Québécoise espère travailler son service et continuer d'améliorer son jeu de jambes et sa préparation mentale, deux atouts qui lui ont permis de connaître de beaux succès cette saison.

Et la compétition reprendra vite puisque Eugenie est inscrite à la Coupe Hopman, un tournoi de démonstration en équipe qui aura lieu à compter du 28 décembre à Perth, en Australie. Elle y défendra les couleurs du Canada en compagnie de Milos Raonic.

Raonic avec les grands

Sur papier, Milos Raonic n'a gagné que deux places au classement mondial en 2013, passant de la 13e à la 11e, et il n'a pas rejoint le top 10, son objectif avoué de la saison. Le Canadien a toutefois progressé à pas de géant.

«À ce niveau, cela prend un travail fabuleux pour gagner ne serait-ce qu'une place, soulignait récemment Louis Borfiga, directeur du développement à Tennis Canada. Milos a fait des changements importants en cours de la saison en optant pour un nouvel entraîneur (Ivan Ljubicic) et un style de jeu plus offensif. Il lui a fallu quelques semaines pour trouver ses marques, mais les résultats ont suivi à compter du mois d'août et on a vu ce que cela a donné à la Coupe Rogers!»

Avec deux nouveaux titres, des progrès réels en Masters, en Grand Chelem et des performances exceptionnelles en Coupe Davis, Raonic a convaincu tous les spécialistes qu'il avait les atouts pour rejoindre les meilleurs. Et n'oublions pas qu'à seulement 22 ans, il est le plus jeune joueur du top 20.

Hauts et bas canadiens

Pospisil débloque!

Moins précoce que son copain Milos Raonic, Vasek Pospisil a été la révélation de la saison sur le circuit masculin. Demi-finaliste à la Coupe Rogers, avec des victoires sur Tomas Berdych et John Isner, le joueur de 23 ans a multiplié les bonnes performances devant des joueurs de haut niveau et ses exploits en Coupe Davis ont aidé le Canada à atteindre les demi-finales. Et n'eût été quelques défaites crève-coeur où il a gâché des avantages, il serait encore mieux classé que son 32e rang actuel. Si le mental suit, il pourrait donc grimper bien plus haut en 2014.

Une saison perdue pour Wozniak

Bien malgré elle, Aleksandra Wozniak est passée à côté de sa saison 2013. Encore victime de blessures, cette fois à une épaule, elle n'est revenue au jeu qu'au mois d'août. Évidemment à court de jeu, elle est descendue au 274e rang mondial et n'a dû son admission aux tournois «Premier» qu'à son classement protégé. Elle aura encore quelques laissez-passer au début de la saison 2014, aux Internationaux d'Australie notamment, et espère en profiter pour se refaire une «santé» sportive!

Les bons contacts de Peliwo

Meilleur junior au monde en 2012, le jeune Filip Peliwo a amorcé la transition vers les professionnels cette saison, passant du 530e au 251e rang en 12 mois, une belle progression quand on considère le niveau du tennis masculin. Il a profité de son laissez-passer à la Coupe Rogers pour signer une première victoire en Masters... et jouer les partenaires d'entraînement de tous les gros bras. Nadal, Djokovic et les autres l'ont d'ailleurs invité à jouer le même rôle à la finale du Masters, en fin d'année à Londres.

Une saison à oublier pour Dubois

En marge de la structure officielle de Tennis Canada depuis quelques saisons, Stéphanie Dubois a connu une année difficile en 2013, ratant tous les tournois du Grand Chelem pour la première fois depuis 2007. La Lavalloise a terminé la saison au 201e rang, son plus mauvais classement depuis 2004, et sera condamnée la saison prochaine à disputer surtout des Challengers et à passer par les qualifications des grands tournois.

Les effets de la Coupe Davis

Alors qu'ils n'avaient jamais remporté une rencontre du Groupe mondial, les Canadiens sont allés en demi-finale de la Coupe Davis cette saison. Un exploit historique du groupe mené par le capitaine Martin Laurendeau. On a déjà parlé de Raonic et de Pospisil, mais il ne faut pas oublier le vétéran Daniel Nestor et aussi Frank Dancevic. Et dans le sillage, Peter Polansky a relancé sa carrière avec de beaux succès en fin de saison.

Photo Remy de la Mauviniere, AP

Vasek Pospisil