Roger Federer s'est facilement qualifié pour le 2e tour de l'US Open en écartant sans ménagement l'Argentin Brian Dabul et en régalant le public new yorkais d'un coup gagnant frappé entre les jambes.

Benoît Petit AGENCE FRANCE-PRESSE

Federer, qui s'est imposé 6-1, 6-4, 6-2 face au 95e mondial, rencontrera l'Allemand Andreas Beck au prochain tour.

Le Suisse de 29 ans, en quête d'une septième finale consécutive à New York, a médusé Dabul avec un coup fantastique, copie presque conforme de celui qu'il avait réussi contre Novak Djokovic l'an passé au même endroit en demi-finale.

«La seule différence c'est que Novak était plus au filet, a souligné le Suisse tout sourire. Je n'ai pas réussi beaucoup de coups comme ça dans ma vie mais maintenant, ça fait deux ici à New York sur le central et en nocturne.»

A 6-1, 5-3, le Suisse a égalisé à 40A en frappant la balle entre ses jambes de derrière sa ligne de fond de court, après un lob de Dabul. Il a levé les bras et fait un grand sourire après avoir vu sa balle se poser près de la ligne de couloir... Dabul a ensuite lancé un regard interloqué à son camp.

«J'étais en retard sur la balle, j'ai donné un coup de rein pour la rattraper et là je me suis dit: +Je crois que je peux le refaire+», a expliqué +Fed+, qui a assommé son adversaire de 46 coups gagnants (contre... 4 à Dabul).

Hewitt à la trappe

Les seules têtes de série à être passées à la trappe lundi dans le tableau masculin sont l'Australien Lleyton Hewitt, battu en cinq sets par le Français Paul-Henri Mathieu, et le Chilien Fernando Gonzalez (N.27) qui a abandonné à un set partout face au Croate Ivan Dodig en raison d'un problème à un genou.

Hewitt, ancien N.1 mondial, n'avait jamais perdu au 1er tour à l'US Open, où il s'était imposé en 2001, et n'avait encore jamais perdu contre Mathieu, qui était un joueur aux abois il y a quelques semaines.

Son succès à l'US Open n'est en effet que son deuxième (en six tournois) depuis Wimbledon et son septième de la saison.

Le Suédois Robin Soderling (N.5) a grandement souffert pour se qualifier. Le double finaliste de Roland-Garros (2009, 2010), a battu aux forceps, en cinq sets et près de quatre heures, l'Autrichien Andreas Haider-Maurer, 214e mondial et issu des qualifications.

«J'ai eu quatre balles de match que je n'ai pas su concrétiser dans le troisième set, a-t-il affirmé. J'aurais certes pu gagner en trois sets mais mieux gagner en cinq que perdre le match. J'espère mieux jouer au prochain match, même si ce n'était pas si mal. J'ai déjà fait pire».

Haider-Maurer, 23 ans, a sorti 34 aces pour sa première rencontre de sa carrière contre un membre du Top 10 mondial.