Jusqu'au 14 juin, La Presse dresse le portrait de chacun des huit groupes de la Coupe du monde. Aujourd'hui, place au groupe B, dans lequel l'Espagne et le Portugal sont les deux grands favoris face au Maroc et à l'Iran, qui n'ont pas grand-chose à perdre.

Mis à jour le 11 juin 2018
Pascal Milano LA PRESSE

Portugal

SURFER SUR LA VAGUE DE 2016

Classement FIFA: 4e

Nombre de participations à la Coupe du monde: 6

Le Portugal ne s'autoproclame pas comme un membre du premier cercle des favoris, mais il a tout de même plusieurs atouts à proposer. Voilà déjà une équipe dont le noyau se connaît depuis des années et dont l'unité n'est plus à faire. Le titre obtenu lors de l'Euro 2016 est le genre d'aventure qui soude une équipe. «Nous sommes un groupe uni et d'une grande cohésion, a récemment lâché le sélectionneur Fernando Santos. Nous restons humbles, mais nous savons que nous avons de la qualité. [...] Nous croyons grandement en notre qualité et nous serons difficiles à battre.» L'équipe a donc très peu changé dans les deux dernières années. Cristiano Ronaldo est toujours aussi influent, comme en témoignent ses 15 buts en qualifications. Par contre, il a trouvé un excellent complément offensif, dans le 4-4-2 portugais, en Andre Silva. Le jeune homme, qui a fait ses débuts dans la foulée de l'Euro, marque à un bon rythme et a pu délester Ronaldo de trop grandes responsabilités dans ce secteur. L'attaquant Diego Costa a d'ailleurs essuyé son lot de critiques lors des matchs préparatoires.

Trois joueurs à suivre

Pepe

Position: défenseur central / Âge: 35 ans

Nombre de sélections: 94 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 2

Solide, rugueux, Pepe a été l'un des meilleurs joueurs portugais lors du dernier Euro et, à 35 ans, il évolue toujours à un haut niveau avec Besiktas.

Cristiano Ronaldo

Position: attaquant / Âge: 33 ans

Nombre de sélections: 149 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 3

Pas besoin d'un roman pour rappeler la place immense de Ronaldo dans le soccer mondial. Outre ses nombreux honneurs collectifs, il a remporté cinq fois le Ballon d'or.

Andre Silva

Position: attaquant / Âge: 22 ans

Nombre de sélections: 22 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 0

Brillant lors des qualifications, Silva ne n'est pas imposé à l'AC Milan, avec lequel il n'a obtenu que sept titularisations en championnat. Le potentiel est cependant là.

Le sélectionneur: Fernando Santos

Santos, âgé de 63 ans, est le prototype de l'entraîneur qui sait tirer le meilleur de ses troupes lors d'un tournoi. Avec lui, la Grèce avait dépassé la phase de groupes pour la première fois de son histoire en 2014. Et que dire de son Portugal qui a remporté l'Euro 2016 grâce à une confiance inébranlable dans les moments clés.

En chiffres

1 - En qualifications, les Portugais n'ont perdu qu'à une seule reprise, contre la Suisse. Devinez quoi, Ronaldo n'était pas là...

35 - Le Portugal et l'Espagne se sont croisés 35 fois, avec un net avantage à la Roja (18 victoires, 12 matchs nuls, 6 défaites).

53 - Le milieu Renato Sanches était l'un des plus beaux espoirs après un Euro réussi. Il n'a pas été retenu après un passage au Bayern Munich, où il a été recruté pour 53 millions de dollars, puis en Premier League.

________________________________________________________________

Photo Rafael Marchante, Reuters

Pepe

Espagne

À LA RECONQUÊTE DU TITRE

Classement FIFA: 8e

Nombre de participations à la Coupe du monde: 14

Tombant parfois dans un jeu caricatural, l'Espagne n'a pas franchi le premier tour du dernier Mondial. Son Euro ne s'est guère plus prolongé avec une défaite contre l'Italie en huitièmes de finale. Ce double résultat a mené à du sang neuf avec l'arrivée de Julen Lopetegui qui, tout en respectant l'ADN de cette sélection (possession, combinaisons de passes courtes, patience dans la construction), s'est montré moins têtu dans ses choix tactiques que son prédécesseur Vicente Del Bosque. Tout au long de la préparation, il a aussi clamé sa volonté de réussir «le bon dosage» entre les différentes générations. Les plus jeunes, dont Isco, auront effectivement leur mot à dire, mais la parole reste davantage aux plus anciens qui ont connu la faste période 2008-2012. Des noms? Sergio Ramos en défense, Sergio Busquets dans l'entrejeu, David Silva et Andres Iniesta devant lui. Offensivement, l'Espagne a fait un malheur lors des qualifications, mais 22 de ses 36 buts ont été inscrits contre le Liechtenstein et la Macédoine. À moins du retour d'un faux numéro 9, qui d'Alvaro Morata ou de Diego Costa jouera en pointe?

Trois joueurs à suivre

Sergio Ramos

Position: défenseur central / Âge: 32 ans

Nombre de sélections: 151 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 3

Il est l'un des très grands leaders de l'équipe et une figure très populaire en Espagne. Il a aussi le don d'inscrire des buts importants sur les ballons arrêtés.

Isco

Position: milieu de terrain / Âge: 26 ans

Nombre de sélections: 27 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 0

Ses statistiques avec le Real Madrid sont légèrement en deçà des attentes, cette saison, mais Isco a connu de grandes performances en sélection. N'a-t-il pas récemment inscrit un triplé contre l'Argentine?

Andrés Iniesta

Position: milieu de terrain / Âge: 34 ans

Nombre de sélections: 126 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 3

Dernier tour d'honneur pour Iniesta, buteur décisif en 2010, qui a encore connu une bonne saison avec le FC Barcelone. Son but en finale de la Coupe du Roi montre qu'il est toujours aussi efficace.

Le sélectionneur: Julen Lopetegui

Avant de rejoindre Porto, en 2014, Lopetegui avait fait ses classes avec les équipes de jeunes de la sélection espagnole (U19, U20 et U21). Sa nomination a pu causer la surprise, en raison d'une expérience plus limitée que celle de ses prédécesseurs, mais les résultats ont été au rendez-vous lors des qualifications et des matchs amicaux. Il a aussi rajeuni le groupe même s'il s'appuie sur des joueurs établis depuis longtemps.

En chiffres

3 - Avec l'Angleterre, l'Espagne a été la meilleure défense des qualifications dans la zone européenne avec trois buts encaissés.

4 - Quatre joueurs ont inscrit cinq buts lors des qualifications: Diego Costa, Alvaro Morata, Isco et David Silva.

167 - Il ne battra pas le record de sélections d'Iker Casillas (167), cet été en Russie, mais Sergio Ramos va drôlement s'en rapprocher en cas de longue aventure.

________________________________________________________________

Photo Gabriel Bouys, archives AFP

Isco

Maroc

RIEN À PERDRE

Classement FIFA: 42e

Nombre de participations à la Coupe du monde: 4

Pour une première phase finale en 20 ans, le Maroc n'a franchement pas été gâté par un tirage au sort qui l'a placé avec les deux géants ibériques. Dans les circonstances, il est difficilement concevable de le voir disputer plus de trois matchs durant cette compétition. Et si, justement, ce manque de reconnaissance allait faire la force de cette équipe en la soudant davantage? On peut faire ici le parallèle avec les qualifications où le Maroc partageait le groupe de l'expérimentée Côte d'Ivoire et du Gabon mené par Pierre-Emerick Aubameyang. Non seulement a-t-il eu le dessus, mais il n'a également pas encaissé le moindre but durant l'ensemble du troisième tour. Arrivé avant cette phase des qualifications, Hervé Renard n'est pas étranger à cette solidité défensive et à cet état d'esprit qui ne peut pas nuire lorsque viendra le temps d'absorber la pression face au Portugal et à l'Espagne. Il s'appuie sur de belles individualités en défense - l'expérimenté Mehdi Benatia et le jeune Achraf Hakimi - ou en milieu de terrain. Dans un groupe plus ouvert, le Maroc aurait peut-être eu une belle carte à jouer...

Trois joueurs à suivre

Mehdi Benatia

Position: défenseur central / Âge: 31 ans

Nombre de sélections: 54 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 0

Sens de l'anticipation, qualité de relance... En passant par l'AS Rome, le Bayern Munich et la Juventus Turin, Benatia a connu une progression exponentielle depuis des débuts chaotiques en France.

Hakim Ziyech

Position: milieu de terrain / Âge: 25 ans

Nombre de sélections: 15 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 0

Avec 12 buts et 15 passes décisives toutes compétitions confondues, le créatif milieu de terrain pourrait quitter l'Ajax Amsterdam et rejoindre la Premier League.

Khalid Boutaib

Position: milieu de terrain / Âge: 31 ans

Nombre de sélections: 15 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 0

Après plusieurs saisons en deuxième division française, voire dans les divisions inférieures, Boutaib connaît de bons moments en sélection - quatre buts en qualifications - et dans le championnat turc.

Le sélectionneur: Hervé Renard

Le paradoxe Renard, c'est celui d'un entraîneur qui a gagné et mené à terme les missions qui lui ont été confiées par des sélections africaines, mais qui ne s'est jamais imposé dans des clubs français. Deux fois vainqueur de la Coupe d'Afrique des nations, il découvrira la Coupe du monde après avoir été nommé sélectionneur marocain en février 2016, en remplacement de Badou Zaki.

En chiffres

0 - Le Maroc n'a encaissé aucun but lors des six matchs du troisième tour des qualifications.

1 - Munir El Haddadi, du FC Barcelone, espérait jouer pour le Maroc même s'il avait déjà porté le maillot de la sélection espagnole, une fois, en compétition officielle. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté l'appel.

32 - Le Maroc avait atteint les huitièmes de finale, en 1986, en battant le... Portugal lors du dernier match de la phase de groupes.

________________________________________________________________

Photo Fadel Senna, archives AFP

Mehdi Benatia

Iran

FAIRE MIEUX QU'EN 2014

Classement FIFA: 36e

Nombre de participations à la Coupe du monde: 4

Pour la première fois de son histoire, l'Iran participera à deux phases finales consécutives. Il y a quatre ans, l'équipe iranienne avait pris le dernier rang de son groupe, non sans avoir montré une ténacité exemplaire. On se rappellera notamment qu'elle a tenu tête à l'Argentine durant 90 minutes jusqu'à un éclair de génie de Lionel Messi. Une qualification en huitièmes de finale est encore hors de portée, mais l'Iran espère faire mieux qu'en 2014 sur un plan comptable. La recette ne sera pas trop différente, avec un accent mis sur la structure défensive. En qualifications, l'équipe de Carlos Queiroz n'a encaissé que 5 buts en 18 rencontres (12 victoires et 6 matchs nuls). Cela risque de donner des matchs prévisibles contre l'Espagne et le Portugal, mais l'Iran mise tout de même sur des joueurs qui, dans leur club respectif, sont capables de faire la différence offensivement. Karim Ansarifard a inscrit 17 buts avec l'Olympiakos alors qu'Alireza Jahanbakhsh et Sardar Azmoun ont connu de bonnes saisons aux Pays-Bas et en Russie.

Trois joueurs à suivre

Mehdi Taremi

Position: ailier / Âge: 25 ans

Nombre de sélections: 24 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 0

Avant sa susension par la FIFA pour une histoire de contrat, Taremi avait été pressenti par plusieurs clubs de Ligue 1, dont Bordeaux et Nice. Il a finalement abouti dans le championnat du Qatar. Il est une valeur sûre de la sélection avec sept buts en qualification.

Alireza Jahanbakhsh

Position: ailier / Âge: 24 ans

Nombre de sélections: 36 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 1

L'ailier qui évolue en première division néerlandaise est l'un des grands atouts de l'Iran durant ce Mondial. Il a été impliqué dans 28 buts en 26 rencontres de l'AZ Alkmaar.

Sardar Azmoun

Position: attaquant / Âge: 23 ans

Nombre de sélections: 32 (en date du 5 juin)

Participations à la Coupe du monde: 0



Prolifique attaquant du Rubin Kazan, Azmoun serait suivi par plusieurs équipes de Premier League. Il excelle notamment dans son jeu de tête.

Le sélectionneur: Carlos Queiroz

Le Portugais est maintenant à la barre de cette équipe depuis 2011. Son travail a été très positif, avec une qualification pour deux phases finales et un quart de finale en Coupe d'Asie. Il a également puisé dans la diaspora iranienne en Europe et même aux États-Unis. Cet ancien assistant de Sir Alex Ferguson, également passé par le Real Madrid et la sélection portugaise, a posé sa candidature pour diriger le Cameroun.

En chiffres

0 - L'Iran n'a jamais pu poursuivre son aventure au-delà de la phase de groupes. Ça ne devrait pas changer cet été.

1 - L'Iran a été la première équipe de sa zone à obtenir son billet pour la Coupe du monde. C'était le 12 juin 2017.

35,5 - L'équipe de Queiroz est celle qui a eu le ballon le moins souvent lors du Mondial 2014, avec une possession de 35,5%.

Photo Atta Kenare, archives AFP

Alireza Jahanbakhsh