(Montréal) Avec une récolte de 17 points sur une possibilité de 21 lors des sept derniers matchs de l’équipe, une ambiance de bonheur total se dégage de l’entourage du CF Montréal. Peut-être comme jamais auparavant, sinon dans un passé récent.

Publié le 12 mai
Michel Lamarche La Presse Canadienne

Ça ne veut pas dire que l’entraîneur-chef Wilfried Nancy ne reste pas sur ses gardes. En fait, il le semble tout autant que lorsque le portrait et le dossier de son club n’étaient pas aussi éloquents.

Après l’étincelante victoire de 4-1 du CF Montréal contre Orlando City SC samedi dernier au stade Saputo, il n’a pas fallu chercher longtemps pour trouver des éloges réservées à la formation montréalaise.

Elles se trouvaient sur la page frontispice du site internet de la MLS et sont venues du journaliste Matt Doyle, qui a qualifié l’équipe de « legit contenders » (aspirants légitimes).

Ce sont des compliments auxquels l’organisation montréalaise n’a pas souvent eu droit dans le passé. Ils sont sans doute mérités quand on sait que le CF Montréal vient d’établir un record d’équipe avec sept matchs consécutifs sans revers (5-0-2).

« Si je disais le contraire, je mentirais. On est des êtres humains, je suis un être humain aussi. C’est toujours plaisant de voir ce qui se passe en ce moment. S’ils l’ont écrit, c’est que c’est un fait, pour l’instant », a répondu Nancy, jeudi midi après l’entraînement de ses joueurs, lorsqu’il s’est fait demander à quel point une telle reconnaissance pouvait faire du bien.

Toutefois, son analyse est accompagnée d’un message qui revient à l’essentiel.

« Comme j’ai dit aux joueurs, on profite de ce moment-là. Mais en même temps, on continue à travailler parce qu’on sait, dans les moments difficiles, qu’il va falloir rester forts comme on l’a été en début d’année. »

La séquence record du CF Montréal a contribué à propulser l’équipe jusqu’au troisième rang du classement de l’Association Est, à seulement deux points du premier échelon et de l’Union de Philadelphie.

D’ailleurs, J. Sam Jones, un autre collaborateur au site internet de la MLS, a placé le CF Montréal au quatrième rang du « power ranking », un classement hebdomadaire qui sert à évaluer les équipes du circuit Garber en fonction de leur rendement et des adversaires qu’elles ont affrontés.

Jones considère que le CF Montréal fait partie d’un groupe élite dans l’Association Est, avec Philadelphie et les deux formations de la grande région de New York, et croit qu’il n’est pas près d’y être délogé.

Reste maintenant à découvrir si le CF Montréal ne fait que commencer une ascension vers les plus hauts sommets de la MLS.

Nancy n’a pas de boule de cristal. Mais de toute façon, ce n’est pas dans sa nature de se projeter vers l’avant et de s’aventurer sur de telles avenues.

« Je vis le moment présent, et le moment présent, on “ kif, kif", ça veut dire qu’on aime ce qui se passe. Après, je ne suis pas fou. Ce qu’on fait, c’est très bien. Les joueurs le ressentent. Ce qu’on faisait en début d’année, c’était bien aussi, mais on ne gagnait pas. Là, on gagne des matchs », a rappelé Nancy.

Cela dit, Nancy reconnait que l’énergie au sein de son groupe est bonne en ce moment.

« C’est sûr que quand on gagne, l’énergie est toujours plus intéressante. Mais sincèrement, quand on perdait les matchs, l’énergie était bonne. Sauf que, en tant qu’entraîneur avec le staff, on essayait de trouver les bons leviers à utiliser », a fait remarquer Nancy.

« Quand on gagne, c’est un peu plus facile pour moi d’être encore plus précis sur certaines choses. Quand on perd, les joueurs le savent qu’ils ont perdu. Ils savent que, peut-être, ils n’ont pas fait certaines choses bien. Je dois nuancer mes propos tout en étant exigeant, mais en étant proche d’eux. »

Nancy a expliqué le genre de leviers qu’il utilise selon le contexte.

« Les leviers, c’est quel outil je vais utiliser. Est-ce que je vais être ferme sur quelque chose ? Est-ce que je vais faire plus de vidéo ? Est-ce que je vais parler un peu plus ? Est-ce que je vais être un peu plus’lousse’sur certaines actions ? Un entraîneur, en tous cas pour moi comment je le prends, c’est d’utiliser les bons outils au bon moment. »