Le commissaire de la MLS, Don Garber, s’est montré empathique à l’endroit des trois équipes canadiennes qui évoluent dans la ligue compte tenu des conséquences de la pandémie sur les déplacements transfrontaliers.

Neil Davidson La Presse Canadienne

L’Impact de Montréal, le Toronto FC et les Whitecaps de Vancouver ont tous dû implanter des domiciles temporaires aux États-Unis pendant une partie de la saison 2020 à cause des restrictions liées aux voyages.

L’Impact a dû disputer ses matchs locaux au New Jersey lors de la dernière tranche du calendrier, tandis que le Toronto FC a établi ses pénates à Hartford, au Connecticut. Quant aux Whitecaps, ils ont déménagé à Portland, dans l’État de l’Oregon.

Alors que la ligue espère lancer sa saison 2021 au milieu de mars et au moment où la COVID-19 semble accentuer sa présence, il semble que les équipes canadiennes pourraient se retrouver devant des embûches semblables cette saison.

Participant à une visioconférence mardi, Garber a reconnu que la situation est plus difficile pour les joueurs qui évoluent sur une base régulière au Canada.

Il a noté que sa ligue doit se conformer aux directives sanitaires mises en place au Canada et qu’elle devra s’y adapter.

« Je ne peux rien dire d’autre que je suis d’accord avec le fait que ça crée un impact sur (les équipes canadiennes) et que je souhaite que nous puissions passer à travers d’une manière qui sera un peu plus facile pour nos équipes canadiennes et nos joueurs canadiens. »