Avec une équipe largement calquée sur celle de l’an dernier, l’Impact a démarré son camp d’entraînement, mardi matin, au Complexe Marie-Victorin. Encore à la recherche de plusieurs pièces manquantes, le Bleu-blanc-noir a lancé le décompte qui le conduira jusqu’aux huitièmes de finale de la Ligue des champions, son premier gros rendez-vous de la saison.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

À 37 jours de cette échéance contre le Deportivo Saprissa, les dossiers à régler demeurent nombreux pour Thierry Henry et les dirigeants montréalais. Puisque Nacho Piatti est bel et bien là, pour l’instant, démarrons par le secteur le plus problématique : la défense. Le nouvel entraîneur s’attend à deux ou trois arrivées pour renforcer un groupe qui a encaissé 60 buts l’an dernier. Il y a notamment de gros points d’interrogation chez les latéraux.

« Quand tu prends des buts, les gens parlent toujours de la défense et quand l’équipe ne marque pas, on dit que c’est parce que l’attaquant ne marque pas. Je vois ça comme une unité. Quand tu prends des buts, c’est parce que les défenseurs ne sont pas bien protégés par les milieux et qu’il n’y a pas de pression en avant. »

Dans le même registre, le nouvel homme fort montréalais a commencé à passer ses messages même si le gros du travail sera effectué en Floride à partir de demain. Oui, l’équipe peut accepter une défaite contre un adversaire plus fort, mais jamais ses joueurs ne devront se faire dominer dans l’intensité et la combativité, a-t-il plaidé. « On va essayer d’être une équipe qui est difficile à battre. »

Pour y parvenir, il devra se baser sur un noyau qui a très peu évolué par rapport à l’an dernier. Parmi les 28 joueurs qui seront présents, en partie ou durant l’intégralité du camp, 19 s’alignaient déjà avec l’équipe. Certains d’entre eux, comme Maxi Urruti ou Anthony Jackson-Hamel, doivent une belle revanche aux partisans.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

L’entraîneur-chef Thierry Henry

Pour l’instant, les seules acquisitions sont l’ailier Romell Quioto et le défenseur Joel Waterman qui, sans manquer de respect, ne révolutionneront pas le visage de l’Impact. Le milieu de terrain haïtien Steeven Saba a également été invité pour le camp.

Dit autrement, l’effectif semble encore bien mince pour faire mieux que sa neuvième place (41 points) et retrouver les séries pour la première fois depuis 2016. Surtout qu’une possible aventure en Ligue des champions, en première moitié d’année, obligerait l’entraîneur à faire une certaine rotation.

« On joue la Ligue des champions, on a deux compétitions et on n’a pas beaucoup de joueurs », a reconnu Piatti.

« Ça fait trois ans que cette équipe ne fait pas les séries. Quelque part, ce n’est pas un accident non plus et il va falloir travailler là-dessus, a ajouté Henry. On est en train de travailler en coulisses pour voir si on peut renforcer l’équipe ou pas. Mais mon mandat est de travailler avec ce que j’ai. »

Une première séance en douceur

À défaut de grandes acquisitions hivernales, Henry constituait la grande nouveauté de ce premier jour. Pour cette séance, d’une durée de 80 minutes environ, il a proposé une entrée en matière sous le signe de la prudence. Au menu, quelques exercices avec le ballon, puis un mini-tournoi sur un demi-terrain.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Jorge Corrales et Jean-Aniel Assi

« Il fallait faire attention à ne pas faire tout et n’importe quoi. Les gars doivent arriver bien en Floride parce que c’est la qu’on va commencer à travailler. C’était un premier contact avec le ballon et avec les joueurs. »

« J’ai vu pas mal de vidéos, mais, [mardi], j’ai pu voir qui bouge bien dans l’espace et qui comprend bien tactiquement ce qu’il faut faire. Même si ce n’était pas grandiose [comme séance], il s’agissait de retrouvailles avec le ballon. »

Quatre joueurs de l’Académie ont également été invités pour la première portion du camp, soit le gardien Jonathan Sirois, le défenseur Keesean Ferdinand, le milieu de terrain Tomas Giraldo et l’attaquant Jean-Aniel Assi. « Il y avait beaucoup d’envie du côté des jeunes et c’est tout à fait normal. C’est bien pour l’Académie de voir les jeunes qui sont montés avec nous. En plus, je crois qu’ils ont gagné le tournoi. Tout le monde était bien dans l’application », s’est réjoui Henry.