L'Impact a gardé le meilleur pour la fin. Très inégal lors de ses deux premiers matchs de la Classique Disney, le onze montréalais a montré un visage bien plus séduisant face au Dynamo de Houston, mercredi soir.

Mis à jour le 1er mars 2012
Pascal Milano LA PRESSE

Mené au score contre le cours du jeu, il a finalement obtenu un match nul de 1 à 1 qui ne lui permettra cependant pas de participer au match de consolation.

Il n'a guère fallu de temps pour se rendre compte que les hommes de Jesse Marsch étaient dans un bon jour. Dominateurs dès la première minute - contrairement aux précédents matchs -, ils ont proposé un jeu plus varié avec une meilleure circulation de balle et davantage de combinaisons.

Justin Braun, n'hésitant pas à décrocher, a illustré cet état d'esprit. Derrière lui, les quatre milieux de terrain, dont Patrice Bernier, ont parfaitement dicté le tempo du match, qui s'est même animé après un tacle appuyé d'Adam Moffat sur Sinisa Ubiparipovic (20e).

> Réagissez sur notre blogue de soccer

Pour l'entraîneur montréalais, le match et la première mi-temps ont tout simplement été les plus aboutis de ce tournoi. «Nous avons vu ce soir pas mal d'éléments que nous essayons d'instaurer dans l'équipe. Le match était un bon reflet du type d'équipe que nous essayons d'être», a analysé Jesse Marsch.

«Globalement, nous avons livré une bonne performance. Beaucoup de nos joueurs ont connu une bonne soirée.»



De bonnes occasions sans résultats

Tout n'a pas été parfait cependant, et notamment au chapitre de la finition. Comme lors du stage à Los Angeles, les occasions se sont multipliées sans donner de résultats en première période. La faute à un mauvais contrôle de Mike Fucito sur une passe lumineuse de Bernier ou à l'imprécision de Felipe sur un tir à l'entrée de la surface.

«En première mi-temps, nous pouvons gagner 3 à 0 et le match est plié, a admis Bernier. C'est cela, le haut niveau; nous ne pouvons pas nous permettre de gâcher autant d'occasions et de ne marquer qu'une seule fois.»

Car l'Impact a payé cher ce manque de lucidité devant le but adverse. Après un arrêt du gardien texan Tally Hall sur un geste acrobatique de Matteo Ferrari, l'Impact a quelque peu levé le pied en tout début de deuxième période. Will Bruin, libre au second poteau, en a profité pour reprendre victorieusement de la tête un centre de Colin Clark. Mais loin de s'écrouler, l'Impact a réagi par l'intermédiaire de Bernier. Celui qui arborait le brassard de capitaine a crucifié Hall sur un magnifique coup franc de 20 mètres (56e).

«À cette distance, il faut juste de la précision, car avec trop de force, le ballon passe par-dessus. Il est bien tombé. Ma femme va être contente, car elle me dit que je laisse toujours les autres prendre des tirs», a lancé le Québécois. Il a du même souffle ajouté que cette prestation était excellente pour la confiance après celle face à Vancouver (défaite de 3 à 0).

L'Impact a finalement terminé le match à dix joueurs après l'expulsion du milieu de terrain Collen Warner sur un tacle dangereux.

Même si l'Impact ne jouera pas samedi dans le cadre de la Classique Disney, Marsch avait déjà annoncé qu'il trouverait un adversaire afin de terminer sa portion floridienne.

Victoire des réservistes

Un peu plus tôt dans la journée, les joueurs qui n'ont pas participé au match contre Houston ont défait la sélection américaine des moins de 20 ans par la marque de 2 à 0. Eduardo Sebrango, face à des adversaires deux fois plus jeunes, a inscrit un doublé dans les dix premières minutes.