(Pékin) Eric Staal n’avait pas regardé la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Vancouver.

Publié le 5 février
Joshua Clipperton La Presse Canadienne

L’équipe canadienne remplie de joueurs vedettes de la LNH avait préféré se concentrer sur les derniers préparatifs avant de disputer ce tournoi sous pression à domicile.

Staal pensait probablement que la chance de participer à ce défilé d’athlètes vêtus de rouge prenant des égoportraits derrière le drapeau de l’unifolié l’avait dépassé depuis longtemps.

Quand la LNH s’est retirée des Jeux de Pékin, la porte s’est toutefois encore ouverte. Et Staal n’allait pas rater sa dernière chance de participer à ce moment.

« C’était une expérience excitante, a insisté le capitaine du Canada, à propos de l’entrée de l’équipe de hockey masculin dans le stade national de Pékin, vendredi. Tu connaissais le sentiment à Vancouver lorsque nous y étions, mais quand tu participes à la cérémonie d’ouverture, tu ressens vraiment que c’est une chose si universelle. C’est très, très cool. »

Un des plus jeunes joueurs de l’équipe s’est également imprégné de l’ambiance.

« C’était génial, a exprimé le défenseur de 20 ans Owen Power, qui a été le tout premier choix du dernier repêchage de la LNH. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Owen Power

Moins de 24 heures plus tard, il était temps de retourner au travail.

Le Canada a sauté sur la glace pour participer à son premier entraînement en Chine, samedi, après avoir annulé deux séances consécutives — une après un long voyage en provenance de la Suisse et l’autre pour que l’équipe puisse faire partie de cette marche mémorable.

« C’est facile de regarder de l’avant et nous sommes excités de participer aux Jeux, a mentionné l’entraîneur-chef du Canada, Jeremy Colliton, qui a remplacé Claude Julien après que ce dernier se soit cassé des côtes, la semaine dernière. J’ai trouvé que c’était vraiment bien en ce qui concerne la concentration sur notre préparation. »

Le Canada disputera un match préparatoire contre les États-Unis, lundi, avant d’amorcer son tournoi à la ronde du Groupe A contre l’Allemagne, jeudi.

L’équipe n’a joué aucune partie depuis qu’elle s’est réunie le mois dernier, mais Colliton a placé Staal au centre du premier trio en compagnie de Josh Ho-Sang et de Mason McTavish — un jeune de 19 ans qui a été sélectionné au troisième rang du repêchage de la LNH en 2021.

« Je suis vraiment excité d’avoir l’occasion de jouer avec des marqueurs d’élite, a dit Ho-Sang, un choix de première ronde en 2014 qui cherche à relancer sa carrière dans la LNH avec les Marlies de Toronto, dans la Ligue américaine. J’espère simplement mettre la table pour eux. »

Colliton a toutefois freiné les élans à propos de ce talentueux trio, mais la possibilité de réunir les trois joueurs doit être alléchante.

« Tu places les pièces où tu crois que ça pourrait fonctionner, a observé Colliton, qui a été congédié par les Blackhawks de Chicago en novembre. Jusqu’à ce que nous jouions un match, c’est vraiment difficile de savoir. Chaque tournoi comme celui-ci, les choses évoluent. Il y a des blessures, il y a de bonnes performances, de mauvaises performances. Tu t’ajustes au fur et à mesure. »

La LNH s’est retirée des Jeux en décembre en raison de la pression causée sur le calendrier des équipes par la COVID-19.

La nouvelle a été dévastatrice pour les meilleurs joueurs au monde, mais elle a ouvert la porte à des joueurs qui évoluent dans des niveaux plus faibles, dont Power et Ho-Sang. Ou encore à des joueurs comme Staal, qui cherche à avoir une autre occasion dans la LNH.

« C’est très triste qu’ils n’aient pas eu l’occasion d’y aller, a souligné Ho-Sang à propos d’une équipe qui aurait notamment été composée de Connor McDavid et Sidney Crosby. Je me sens très mal pour les gars qui font partie des 20 meilleurs Canadiens au monde. Certains d’entre eux pourraient ne jamais avoir une occasion comme celle-ci. Nous espérons pouvoir donner un bon spectacle comme ces gars étaient censés le faire. »

Il ne fait aucun doute que ce groupe va profiter de chaque instant alors que le Canada cherche à améliorer la médaille de bronze qu’il a remportée il y a quatre ans, lorsque la LNH n’a pas participé aux Jeux de PyeongChang.

« C’est un rêve devenu réalité, a affirmé l’attaquant Daniel Winnik, qui a disputé 11 saisons dans la LNH avant de passer les quatre dernières en Suisse. Honnêtement, je ne croyais pas que c’était un rêve possible. »

« C’est un honneur, a ajouté Ho-Sang. Je suis fier d’avoir été choisi. »

Pour Staal, il est question d’ajouter une autre médaille d’or à sa collection — cette fois sans les vedettes de la LNH de la génération précédente — après avoir aidé le Canada à remporter les grands honneurs en 2010.

« Nous sommes ici pour tenter de gagner la médaille d’or, a-t-il noté. Nous avons hâte. »