(Tokyo) Aurélie Rivard a remporté la première médaille d’or du Canada aux Jeux paralympiques de Tokyo.

La Presse Canadienne

La nageuse âgée de 25 ans et originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu a fracassé son propre record du monde lors des préliminaires et en finale au 100 mètres style libre S10, samedi.

Le Québécois Brent Lakatos a ajouté une médaille d’argent à la récolte canadienne en athlétisme, au 5000 mètres T54.

Le Canada a donc remporté huit médailles lors des quatre premiers jours d’activités à Tokyo.

Rivard, qui est née avec une main gauche sous-développée, a touché le mur en 58,14 secondes, devançant la Néerlandaise Chantalle Zijderveld par plus de deux secondes.

PHOTO MARKO DJURICA, REUTERS

Aurélie Rivard, au centre

Envahie par les émotions, Rivard s’est couvert le visage avant de frapper l’eau avec ses deux mains.

« C’est probablement l’une de mes meilleures nages en carrière au niveau technique, a dit Rivard. C’est encore plus spécial de gagner l’or aujourd’hui, avec ce qui s’est passé pour moi lors de la première journée. Je croyais pouvoir gagner l’or (au 50 mètres style libre), et je ne l’ai pas fait.

« D’être de retour et de réussir à offrir le meilleur de moi-même, particulièrement après l’année que nous avons tous vécue, avec rien en termes de compétition, c’est complètement irréel ce qui vient de se produire. »

Rivard avait terminé troisième au 50 mètres style libre, plus tôt cette semaine. Elle avait gagné l’or sur cette distance il y a cinq ans aux Paralympiques de Rio et avait retenu des larmes en entrevue cette journée-là après s’être contentée du bronze.

Rivard a maintenant sept médailles paralympiques à sa collection. Elle avait été porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie de clôture en 2016 à Rio après avoir notamment remporté trois médailles d’or.

Les Jeux paralympiques de Tokyo sont la première compétition de Rivard depuis le début de la pandémie de COVID-19.

« Nous avons peut-être fait cinq courses simulées en tout (durant la pandémie), mais ce n’était pas vraiment des simulations, a-t-elle raconté. Je nageais contre moi-même. Mon entraîneur pouvait me regarder, mais il n’y avait personne d’autre. Je devais ignorer le fait que j’étais seule, même s’il y a normalement d’autres personnes autour de moi dans la piscine. »

Rivard s’est donc concentrée sur sa technique.

« C’est ce qui m’aidait à rester motivée. Sinon, ç’aurait été beaucoup plus difficile mentalement de continuer », a-t-elle admis.

Également à la piscine, Camille Bérubé, de Gatineau, a terminé en huitième position au 100 mètres brasse SB6.

Pour sa part, Lakatos a décroché l’argent pour commencer son calendrier chargé à Tokyo. Âgé de 41 ans et originaire de Dorval, Lakatos prévoit participer aux courses sur toutes les distances — 100 mètres, 400 mètres, 400 mètres, 800 mètres, 1500 mètres, 5000 mètres et le marathon.

Samedi, il s’est installé en tête avec quelques tours à faire, mais le Suisse Marcel Hug l’a coiffé au fil d’arrivée.

« J’étais très content avec ma position (à l’avant) parce que j’avais de la place pour accélérer, a raconté Lakatos. Je n’avais pas de risque d’être coincé derrière un rival. J’aurais dû pouvoir résister, mais il fait très chaud ici. (Hug) est en forme phénoménale. »

Lakatos a huit médailles à sa collection en cinq participations aux Paralympiques. Celle de samedi est toutefois sa première lors d’une course de fond.

Guillaume Ouellet, de Victoriaville, s’est classé cinquième au 5000 mètres pour les athlètes T13, souffrant d’un problème de la vue.

Par ailleurs, Jessica Tuomela a terminé en cinquième position au triathlon en compagnie de sa guide Marianne Hogan.

En dressage, l’équipe canadienne composée de Lauren Barwick, Winona Hartvikson et Roberta Sheffield est en tête après la première journée, mais avec plusieurs équipes devant encore participer.

Les Canadiennes ont inscrit 211 699 points et devancent Singapour (200 792) et le Royaume-Uni (154 254).

Le Canada a conclu le tournoi de rugby en fauteuil roulant avec une victoire de 57-49 face à la France pour terminer en cinquième position. Zak Madell a sonné la charge avec 31 essais.

Dans un duel entre équipes invaincues, la formation canadienne de basketball féminin en fauteuil roulant a perdu 59-57 face à l’Allemagne 59-57.

Kady Dandeneau a été la plus productive pour le Canada (2-1) avec 23 points.

La formation masculine est toujours à la recherche d’une première victoire, après un revers de 62-56 contre le Japon.

L’équipe canadienne de goalball féminin a perdu 4-3 contre l’Australie pour chuter à 1-2. Emma Reinke, de St. Thomas, en Ontario, a fourni deux buts.