(Tokyo) Le reflet des souliers dorés du sprinter américain Michael Johnson aux Jeux olympiques d’Atlanta a joué un rôle important dans le rêve de Priscilla Gagné de devenir une athlète sur la scène mondiale la plus importante.

La Presse Canadienne

Gagné, qui est atteinte de rétinite pigmentaire, un problème qui affecte sa vision centrale, était âgée de seulement 10 ans lors des Jeux d’Atlanta en 1996. Installée près de la télévision, elle pouvait voir les lignes blanches délimitant les couloirs, les « formes blanchâtres » des coureurs sur la piste et les visages des sprinters lors des gros plans. Sa tante lui a indiqué que Johnson était celui avec les souliers dorés.

« Je me souviens que je me disais qu’il avait du cran de porter des souliers dorés, que j’espérais qu’il gagne parce que sinon ç’aurait été horrible pour lui de ne pas gagner en portant des souliers dorés, a raconté Gagné en riant. C’était comme ça dans ma tête à 10 ans ! Et il a gagné [le 200 et le 400 mètres]. J’étais contente.

« Ça m’a inspirée. C’était le début. Je croyais aller aux Olympiques comme coureuse. »

L’introduction de Gagné aux sports paralympiques est survenue à l’âge de 15 ans et elle reconnaît que ça a changé sa vie. Aujourd’hui l’une des meilleures athlètes en parajudo au monde, Gagné a été choisie porte-drapeau du Canada pour la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques de Tokyo, qui aura lieu le 24 août.

Gagné, qui est originaire de Sarnia, en Ontario, et âgée de 35 ans, est classée deuxième au monde dans la catégorie des 52 kilogrammes. Lors de ses débuts à Rio en 2016, elle a pris le cinquième rang. En 2018, sa médaille de bronze lui a valu d’être la première Canadienne à monter sur le podium des championnats du monde de parajudo.

Gagné n’a pas pu marcher dans le stade à la cérémonie d’ouverture à Rio ou lors des deux Jeux parapanaméricains – où elle a gagné deux médailles d’argent – auxquels elle a participé. Les cérémonies sont toujours entrées en conflit avec l’horaire de son programme pour respecter la pesée.

Elle était donc très heureuse à l’idée de participer à la cérémonie à Tokyo. Ce sera un honneur pour elle d’être porte-drapeau, a-t-elle dit.

« Pour moi, ça représente l’unité dans la diversité, la force et la résilience, mais aussi un espoir de quelque chose d’encore plus grand, a ajouté Gagné. J’espère que les enfants avec un handicap y verront une source d’inspiration pour rêver toujours plus grand, ne pas écouter quand on leur dit non, et faire équipe avec ceux qui croient en eux. »

Gagné, qui habite aujourd’hui à Montréal et qui aura sa partenaire d’entraînement Laurie Wiltshire à ses côtés pour l’assister dans ses fonctions de porte-drapeau, a noté que les derniers 19 mois ont été difficiles pour les athlètes paralympiques en raison de la pandémie de COVID-19. Les judokas de l’équipe nationale canadienne ont pu s’entraîner dans une bulle, mais les athlètes paralympiques en ont été exclus.

« Ça a fait resurgir des souvenirs d’enfance quand je voulais être une enfant comme les autres, a-t-elle raconté. Je croyais que nous avions tellement grandi comme société. »

« Je comprends que des personnes se retrouvent dans des positions où elles ont des décisions difficiles à prendre, qu’il y a beaucoup de circonstances et de contraintes, mais ça fait quand même mal. Ç’a rendu les choses très difficiles. »

Gagné a noté que son entraînement a été interrompu jusqu’en mai 2021, quand elle a pu se rendre au Texas. Elle s’est ensuite rendue à Lethbridge et à Calgary. Elle a été accueillie à bras ouvert aux trois endroits.

« Je crois que si je n’avais pas affronté autant d’adversité au départ, je n’aurais peut-être pas autant apprécié leur générosité et leur bonté », a-t-elle noté.

Gagné prendra place sur le tapis à Tokyo le 27 août pour le début des épreuves de parajudo, un sport pour les athlètes avec une déficience visuelle.

« Sa passion et son excellence sur le tapis et à l’extérieur sont immenses et c’est un honneur amplement mérité », a dit Stephanie Dixon, chef de mission de l’équipe paralympique canadienne à Tokyo.

Comme lors des Jeux olympiques qui ont pris fin il y a deux semaines, Gagné mènera une délégation canadienne partielle dans le stade en raison des contraintes liées à la pandémie. Les athlètes pourront toutefois suivre la cérémonie sur des écrans dans le Village olympique, a mentionné Dixon.

Les Jeux paralympiques de Tokyo se dérouleront du 24 août au 5 septembre 2021. Le Canada sera représenté par 128 athlètes en compétition dans 18 sports.