Chris Froome, l’un des plus grands cyclistes de sa génération, est habitué aux titres, aux récompenses individuelles et aux accolades.

Samuel Pétrequin Associated Press

Il y a cependant une chose à laquelle il devra s’habituer cette fois-ci au Tour de France — une épreuve qu’il a dominée au cours de la dernière décennie et qui lui a permis de devenir une vedette de son sport —, c’est-à-dire de transporter les bidons d’eau pour les autres.

Dans le jargon du cyclisme, on surnomme la personne qui s’acquitte de cette tâche de « domestique », et le fait qu’un quadruple champion de la Grande Boucle jouera ce rôle en 2021 sera pour le moins inhabituel.

Ainsi, pour la première fois depuis 2013 — l’année de sa première victoire au Tour de France —, Froome n’aura aucun objectif personnel lorsqu’il se positionnera sur la ligne de départ. Il agira plutôt à titre de capitaine de l’équipe Israel Start-Up Nation, et aura le mandat d’épauler son leader, l’Ontarien Michael Woods.

PHOTO FABRICE COFFRINI, ARCHIVES AFP

Michael Woods

« Habituellement, lorsque je me présente au Tour de France, j’ai beaucoup de pression sur les épaules, puisque je suis l’un des principaux prétendants au titre, a évoqué le Britannique. Ça ne sera pas le cas cette fois-ci. Cette fois-ci, j’essaierai simplement d’aider les gars autour de moi. Pendant près d’une décennie, j’avais une équipe qui faisait ce boulot pour moi au Tour de France. C’est bien de vivre cette expérience, et de redonner un peu ce qu’on m’a offert. »

Bien des choses ont changé pour Froome depuis qu’il a été victime d’une importante chute pendant le Critérium du Dauphiné en 2019, une épreuve qu’il voulait utiliser afin de peaufiner sa préparation en vue de la conquête d’un cinquième titre au Tour de France.

L’incident ne lui a pas seulement infligé des fractures au fémur droit, à un coude et aux côtes, mais il lui a aussi coûté une place au sein de l’équipe Ineos qui a participé au Tour de France l’année suivante.

Après être retourné en selle, Froome n’a pu retrouver sa forme d’antan et a perdu son statut de leader de la prestigieuse équipe britannique. Après qu’Ineos eut annoncé qu’elle ne renouvellerait pas son contrat avec lui, Froome s’est joint à la jeune équipe Israel Start-Up Nation.

Le cycliste d’origine kényane est encore loin d’avoir retrouvé sa fougue des belles années, alors qu’il remportait la Vuelta (en 2011 et 2017), le Giro d’Italie (en 2018) et ses quatre titres au Tour de France. Il a terminé 47e au Critérium du Dauphiné plus tôt ce mois-ci, et n’a pas signé un seul top-10 depuis le début de la campagne.

« J’aurais aimé que le processus soit plus rapide, a admis Froome. C’est un processus qui suit son cours. Je suis très satisfait de ma progression, surtout au niveau de la puissance de mes deux jambes. Je peux maintenant dire que cet aspect de ma rééducation est réglé. En ce moment, je me concentre sur mon travail sur le vélo et à retrouver ma forme d’antan. J’ai raté tellement de courses à cause de l’accident, puis je me suis retrouvé en confinement à cause de la COVID-19 l’an dernier. »

Ainsi, pour l’instant, Froome espère simplement que le Tour de France lui servira de « tremplin » pour relancer sa carrière sportive.