Les membres de l’équipe Astana-Premier Tech, dont le Québécois Hugo Houle, ont bataillé ferme lors de la quatrième étape du Tirreno-Adriatico, samedi, afin de protéger leur meneur Jakob Fuglsang, qui a finalement bouclé le top 10 de cette course de 148 kilomètres présentée en Italie.

luc turgeon
Sportcom

Cette performance d’équipe permet au Danois de monter de 10 échelons au classement général provisoire, passant du 17e au 7e rang, à 55 secondes de la tête et du Slovène Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates).

Vainqueur du dernier Tour de France, Pogacar a été le plus rapide, samedi, en complétant la distance en 3 h 51 min 24 s, soit six secondes devant le Britannique Simon Yates (Team Bike Exchange). Le Colombien Sergio Higuita (EF Education-Nippo) a eu le dessus sur l’Espagnol Mikel Landa (Bahrain-Victorious) au sprint pour terminer troisième (+29 secondes).

Tadej Pogacar détient une avance de 35 secondes au général sur le Belge Wout Van Aert (Jumbo-Visma), qui s’est classé neuvième samedi (+45 secondes).

Ce dernier a été accompagné de Fuglsang à la ligne d’arrivée, lui qui a pu profiter du soutien de ses coéquipiers chez Astana-Premier Tech jusqu’à la dernière montée de Prati di Tivo.

« C’est une bonne journée pour nous, ce sont d’excellents coureurs qui sont devant. On progresse tranquillement et tout le monde est satisfait. On a bien couru ensemble et ce sont les jambes qui ont parlé aujourd’hui [samedi]. On était bien présents et on a bien performé », a déclaré Hugo Houle, qui s’est classé 36e (+5 min 14 sec).

J’ai fait du bon travail et à la fin, j’ai fait la montée à mon allure pour me tester un peu. La forme revient et ça m’encourage.

Hugo Houle

Au lendemain d’une performance éprouvante dans l’échappée du jour de la troisième étape, le Montréalais Guillaume Boivin, de l’équipe Israel Start-Up Nation, a quant à lui pris le 120e échelon (+22 min 53 s) parmi un groupe d’une cinquantaine de coureurs,

La cinquième étape sera présentée dimanche sur 205 kilomètres, où un circuit final comprenant une montée « assez raide » attend les compétiteurs.

« Nous allons devoir nous tenir prêts à être aux avant-postes pour défendre la position de Jakob et tenter de l’améliorer. Je ne la connais pas [la montée], ça fait longtemps que je n’ai pas fait le Tirreno-Adriatico, mais on m’a dit que c’était dur ! Alors on va essayer d’être prêt », a souligné Houle.