(Champagnole) L’ascension de la Planche des Belles Filles, en Haute-Saône, sera le point d’orgue samedi du dernier match pour le classement général du Tour de France, un contre-la-montre décisif à la veille de l’arrivée à Paris.

Agence France-Presse

Le parcours de 36,2 kilomètres de ce seul « chrono » de l’édition 2020, qui s’élancera de Lure, se décompose en trois parties : la première entièrement plane (14,5 km), la deuxième en faux plat montant, la troisième enfin très pentue pour une ascension de 5,9 kilomètres classée en première catégorie.

« Si l’on m’avait demandé de dessiner un contre-la-montre, c’est celui-là que j’aurais fait. Cette route, je l’emprunte presque trois à quatre fois par jour », se réjouit Thibaut Pinot qui réside à Mélisey (au kilomètre 9 de l’étape).

Changement de vélo

« La plupart des coureurs vont s’élancer sur un vélo de chrono puis changer de machine au pied de l’ascension », estime le Français. « La Planche, c’est 6 kilomètres raides avec des passages à 20 % », précisément 5,9 kilomètres à 8,5 % de pente moyenne jusqu’à l’altitude de 1035 mètres.

Le Tour revient pour la cinquième fois depuis 2012 et le succès initial du Britannique Chris Froome. Les Italiens Vincenzo Nibali (2014) et Fabio Aru (2017) se sont imposés dans la petite station de la Haute-Saône, imités l’an passé par le Belge Dylan Teuns (2019) dans une arrivée jugée encore plus haut.