(La Roche-sur-Foron) Échappée ou sprint ? Le dilemme habituel des parcours de transition s’impose vendredi pour la 19e étape du Tour de France, longue de 166,5 kilomètres entre Bourg-en-Bresse et Champagnole.

Agence France-Presse

L’étape, pour l’essentiel dans le département du Jura, grimpe sur les contreforts du massif avant de rallier Champagnole, ville-étape pour la 3e fois.

GRAPHIQUE FOURNI PAR LE TOUR DE FRANCE

La 19e étape grimpe sur les contreforts du massif du Jura, avant de rallier Champagnole, ville-étape pour la 3e fois.

Le profil d’ensemble convient aux baroudeurs, d’autant qu’il comporte beaucoup de faux plats surtout à partir de la mi-parcours et de la côte de Château-Chalon (4,3 km à 4,7 %), du nom du vignoble qui produit le célèbre vin jaune emblématique de la gastronomie franc-comtoise.

L’hypothèse d’un sprint reste valide, toutefois, aux yeux du directeur de course Thierry Gouvenou : « Nous sommes certes dans le Jura, mais les pourcentages demeurent modérés. Et, comme le final est vraiment plat, avec une belle dernière ligne droite, un sprint est très probable. »

Champagnole (8000 habitants) accueille la Grande boucle pour la première fois depuis 1964, année du départ d’une étape gagnée à Thonon-les-Bains par le Néerlandais Jan Janssen, vainqueur du Tour trois ans plus tard.

Départ lancé de Bourg-en-Bresse à 7 h 45 (heure du Québec), arrivée à Champagnole vers 11 h 37 (moyenne calculée à 43 km/h).