(Rome) Le Canadien Michael Woods a remporté mercredi la troisième étape de Tirreno-Adriatico, endossant du même coup le maillot de meneur, en dominant le Polonais Rafal Majka à l’arrivée de la plus longue étape (217 km) de l’épreuve, à Saturnia, en Toscane.

Agence France-Presse

Le duo Woods-Majka, qui a su gérer les forts pourcentages de la fin de parcours, a aussi pris les devants, dans le même ordre, au classement général de la course italienne de huit étapes.

Avec 20 secondes de retard, le Néerlandais Wilco Kelderman prend la troisième place de l’étape (et du général également) après avoir réglé le groupe de neuf coureurs où figuraient plusieurs des favoris, le Danois Jakob Fuglsang et les Britanniques Geraint Thomas et Simon Yates.

L’Italien Vincenzo Nibali et le Néerlandais Mathieu Van der Poel sont arrivés avec 33 secondes de retard sur le vainqueur du jour, alors que le Britannique Christopher Froome, qui ne nourrit pas d’ambitions sur la « Course des deux mers », a terminé beaucoup plus loin, à plus de 18 minutes.

Après deux étapes de mise en route sans difficulté, la dernière en Toscane a comme prévu permis de faire un premier tri, notamment avec la double ascension du mur de Poggio Murella, une difficulté courte (5 km environ) mais sévère (des pentes pouvant atteindre 20 %), dont l’Italien Marco Pantani avait fait son terrain d’entraînement.

Un mémorial à la mémoire de Pantani – dit le « Pirate » et mort en 2004 – a été dévoilé à l’occasion du passage de Tirreno-Adriatico.

La victoire de Woods est venue consacrer l’activité déployée par ses équipiers d’EF Pro Cycling, que le Canadien n’a pas oublié de remercier : « Ils ont fait un travail incroyable, ils ont vraiment beaucoup donné pour moi », a-t-il souligné.

Jeudi, 194 km attendent les coureurs entre Terbi et Cascia, en Ombrie, pour la première étape de montagne, dans les monts Sibyllins. Au programme, notamment, le passage le plus haut de cette édition (Rifugio Perugia, 1521 m), un rendez-vous coché par les favoris pour sortir de l’ombre.