Antoine Duchesne se faisait une joie de pouvoir contribuer à la quête du maillot jaune de son coéquipier Thibaut Pinot. Terrassé par une mononucléose, le cycliste québécois devra plutôt suivre le Tour de France à la télévision.

Simon Drouin Simon Drouin
La Presse

Encore vendredi, Antoine Duchesne gardait espoir que son abandon au Critérium du Dauphiné n’ait été attribuable qu’à un simple coup de froid. Sa place dans l’équipe Groupama-FDJ pour le Tour de France était en jeu.

En fin de journée, ce n’est pas le directeur sportif qui l’a joint, plutôt le médecin. Avec de mauvaises nouvelles : les données d’un nouvel examen sérologique révélaient qu’il était atteint de la mononucléose.

Plutôt que d’accompagner ses coéquipiers à Nice en vue de son deuxième Tour, mercredi, Duchesne est donc à l’arrêt chez lui, le moral dans les talons.

« Elle est difficile à avaler celle-là, je suis vraiment déçu », a confié Duchesne, mardi, de sa résidence de Saint-Restitut, à 300 kilomètres au nord-ouest de Nice.

« J’ai contrôlé tout ce que je pouvais. Ça, malheureusement, je n’ai pas pu. Je n’en suis pas à ma première claque au visage. J’essaie de me consoler avec le fait que j’avais réussi à aller chercher ma place. Ce ne sera que partie remise. Encore une fois. »

« Drôles de sensations »

L’an dernier, le Saguenéen d’origine avait raté le cœur de la saison après une opération à une artère iliaque. Son retour au plus haut niveau avait été plus long que prévu, mais le temps d’arrêt durant la pandémie lui avait permis de soigner ses derniers inconforts.

Depuis sa réunion avec ses coéquipiers qui préparaient le Tour, en juillet, il attribuait ses « drôles de sensations » à plusieurs facteurs.

J’avais toujours une bonne explication : c’est la reprise, le décalage horaire, la chaleur, l’altitude, ce sont les premières courses. […] Je me disais : c’est dans ma tête, c’est normal après une année difficile.

Antoine Duchesne

Or, le médecin d’équipe a précisé que la mononucléose l’affectait probablement « depuis deux, trois mois ».

Duchesne tenait à annoncer lui-même la mauvaise nouvelle à son coéquipier, Thibaut Pinot, qui se mettra en quête du maillot jaune à partir de samedi. Après un premier Tour en 2016 avec Direct Énergie, le Québécois de 28 ans s’enthousiasmait à l’idée d’accompagner un vainqueur potentiel.

PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Français Thibaut Pinot, meneur de l’équipe cycliste Groupama-FDJ

La maladie en a décidé autrement. « On avait vraiment une belle équipe pour le Tour. C’est dur à accepter d’avoir encore une fois un problème de santé comme ça. […] Au fil de ma carrière, j’ai souvent eu de petites malchances reliées à la santé. Je n’ai pas le système immunitaire le plus fort, je crois. C’est un peu un combat que j’ai avec moi-même. »

Saison terminée ?

Depuis le diagnostic, le niveau d’énergie de l’ancien maillot à pois de Paris-Nice s’est nettement dégradé. « Je ne sais pas si [la force] du virus est en train d’augmenter ou si c’est le fait que j’ai arrêté et que je débranche mentalement. Je dors 12 heures par jour. Hier, je suis allé faire une marche pendant une heure et je suis revenu complètement rincé. »

Duchesne se soumettra à de nouveaux examens dans une dizaine de jours. Les résultats dicteront la suite : une tentative de retour en vue de la Vuelta (du 20 octobre au 8 novembre) ou une croix sur le reste de la saison.

En attendant, il encouragera à distance ses coéquipiers et son ami Hugo Houle (Astana), seul Canadien sur ce Tour de France après sa frousse avec la COVID-19.

Pas à la télévision

PHOTO LIONEL BONAVENTURE, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Tour de France commence samedi à Nice.

Le Tour de France 2020 ne sera pas diffusé à la télévision au Québec, une première depuis 2002. Signe des temps, la 107e présentation de la plus grande course cycliste du monde sera seulement offerte au Canada sur le site payant de diffusion FloBikes, en direct ou sur demande. En français, l’animateur Randy Ferguson assurera la description. La chroniqueuse sportive et ex-cycliste professionnelle Audrey Lemieux partagera ses analyses. Premier rendez-vous : la présentation des coureurs, jeudi à 12 h 20. L’épreuve féminine « La Course By Le Tour » sera retransmise samedi dès 4 h, suivie de la première étape à 7 h 50. Intrigant, en anglais : un « watch party » avec le Canadien Michael Woods, boudé par son équipe EF Pro pour le Tour, et son compatriote Svein Tuft, à la retraite depuis l’an dernier (30 août, 1er et 3 septembre). Coût de l’abonnement mensuel : 12,50 $, résiliable en tout temps, selon le site.