Plus de 24 heures s’étaient écoulées depuis qu’il avait franchi la ligne d’arrivée en premier avec une avance de 18 secondes. Michael Woods savourait toujours dimanche sa victoire à la cinquième étape du Tour de France virtuel.

MARTIN COMTOIS
Le Droit

« Ce n’est pas la même chose que de gagner une étape du véritable Tour de France. Et je préfère de loin rouler à l’extérieur. Mais une victoire demeure une victoire », a souligné le cycliste originaire d’Ottawa au bout du fil.

Woods sait de quoi il parle. Il a déjà gagné une étape de La Vuelta en 2018 en Espagne. Puis l’an dernier, il a flirté avec la victoire au Tour de France, terminant septième lors de la 18e étape de 208 km reliant Embrun à Valloire.

Samedi, l’étape virtuelle de 22,9 km recréait l’ascension du Mont Ventoux.

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.