(Arlington) À l’aube de la Série mondiale qui couronnera une saison écourtée par la pandémie de coronavirus, le commissaire des Ligues majeures Rob Manfred a déclaré qu’il espère pouvoir maintenir deux modifications adoptées cette année ; un format éliminatoire plus accessible et la présence d’un coureur au deuxième coussin pour commencer chaque manche supplémentaire.

Ronald Blum
Associated Press

« Les gens étaient plutôt sceptiques à propos de ces changements. Puis, lorsqu’ils ont vu ces règles appliquées dans la réalité, ils étaient beaucoup plus enthousiastes », a évoqué Manfred mardi pendant un entretien avec l’Associated Press.

Manfred a mentionné que les 30 équipes avaient subi des pertes financières totalisant 3 milliardsUS en raison de la pandémie, puisque les 898 matchs du calendrier régulier ont été présentés à huis clos.

Après que le coup d’envoi de la saison a été reporté du 26 mars au 23 juillet, les Ligues majeures et l’Association des joueurs ont accepté que 16 équipes, plutôt que 10, participent aux séries éliminatoires. Même avant la pandémie, Manfred avait évoqué la possibilité de permettre à 14 clubs de participer au tournoi automnal.

« J’aime l’idée, et je pèse chacun de mes mots, d’un format éliminatoire plus accessible, a évoqué Manfred. Je ne crois pas que nous permettrons à 16 équipes d’y retourner comme ç’a été le cas cette saison. Il faut s’assurer que la saison régulière soit déterminante pour chacune des équipes. Mais je crois qu’adopter un format à plus de 10 équipes est envisageable. »

Avec l’adoption du règlement du coureur au deuxième coussin, seules deux parties, parmi les 68 qui ont nécessité des manches supplémentaires, ont atteint la 13e manche, selon l’Elias Sports Bureau.

« Je crois que les joueurs aiment ça, a confié Manfred. Je crois que c’est très bien d’un point de vue de la santé et de la sécurité, car on évite que les joueurs passent trop de temps sur le terrain ou qu’ils se retrouvent dans des positions inhabituelles. »

Le président de l’Association des joueurs, Tony Clark, a dit qu’il était encore trop tôt pour dire si son organisation allait s’exprimer en faveur du renouvellement de cette règle pour 2021. La convention collective arrivera à échéance après 2021, et le syndicat doit approuver tout changement en vue de 2021.

« Nous avons adopté des règlements uniques pour cette saison extraordinaire, a écrit Clark dans un courriel expédié à l’AP. Nous amassons présentement les commentaires des joueurs et nous les acheminerons aux Ligues majeures au moment opportun. De toute évidence, la santé et la sécurité de nos membres sont essentielles alors que nous entreprendrons des pourparlers. »

Manfred s’est également dit préoccupé par la perspective que les spectateurs ne puissent assister aux matchs la saison prochaine.

« Nous sommes conscients que l’enjeu des spectateurs est relié à celui du virus, et que tout dépendra des décisions prises par la direction de la santé publique au sujet des rassemblements de masse, a-t-il déclaré. C’est un enjeu essentiel pour nous, d’un point de vue économique. Les pertes que j’ai rapportées un peu plus tôt étaient déjà assurées lorsque nous avons donné le coup d’envoi à la saison, parce que nous savions qu’environ 40 % de nos revenus proviennent des ventes de billets et que les spectateurs ne pourraient être au rendez-vous (cette saison).

« Les équipes ont fait du bon boulot dans leur marché respectif, et nous avons tenté d’en faire autant de manière centralisatrice, a-t-il poursuivi. Les liquidités sont suffisantes pour nous permettre de boucler 2020. Je crois que si nous sommes confrontés à une situation semblable la saison prochaine, avec des pertes semblables à celles de cette saison, alors, je le répète, ça deviendra un problème. »