(Toronto) Les Blue Jays de Toronto pourraient être contraints à l’itinérance cette saison.

La Presse canadienne

Les sites potentiels s’accumulent, incluant maintenant Hartford.

Mais dans l’immédiat, le club va entamer le calendrier régulier vendredi soir au Tropicana Field, contre les Rays de Tampa Bay.

Le gouvernement canadien a rejeté la requête des Jays de jouer leurs matchs locaux au Rogers Centre parce que cela nécessiterait de nombreux déplacements vers et à partir des États-Unis, où les cas de la COVID-19 sont en hausse à plusieurs endroits.

Dans un contexte de pandémie, les Blue Jays devaient obtenir une exemption d’Ottawa à la règle de la quarantaine obligatoire de 14 jours, pour jouer à Toronto.

Pittsburgh est exclu comme domicile temporaire : pour des raisons de santé publique, la Pennsylvanie a refusé au club torontois de partager le PNC Park avec les Pirates.

Hartford, Baltimore, Buffalo ou Dunedin, en Floride, semblent être des options. Il est aussi possible que les Torontois disputent leurs matchs à domicile aux stades de leurs rivaux.

Les Jays doivent disputer un premier match’à la maison’le 29 juillet, contre Washington.

Les Blue Jays pourraient avoir du mal à être autorisés à jouer à Baltimore, où les cas de la COVID-19 ont doublé, depuis un mois. À compter de vendredi, le port du masque y sera obligatoire dans les espaces publics intérieurs. De plus, le maire Bernard Young a mis un frein à l’ouverture des salles à manger de restaurants ; on le permettait à 50 % de capacité depuis environ un mois.

Pendant ce temps, le gouverneur du Connecticut Ned Lamont plaide en faveur du Dunkin Donuts Park, au centre-ville de Hartford.

Bâti au coût de 56 millions de dollars US, le stade de 6121 places a ouvert ses portes en 2017. Il s’agit du stade des Yard Goats (AA), mais leur saison a été annulée en raison de la pandémie.

Lamont, un ancien homme d’affaires, a contacté l’équipe une première fois il y a environ deux semaines. Il a eu au moins deux discussions avec l’équipe, y compris un appel d’une demi-heure avec le président des Blue Jays Mark Shapiro, jeudi.

Lamont a fait valoir que le Connecticut a l’un des taux d’infection à la COVID-19 les plus bas aux États-Unis.

« Ils ont des cages de frappeurs intérieures. Ils ont un grand vestiaire, a dit Max Reiss, le porte-parole du gouverneur. C’est un stade de haut calibre. S’il y a un moyen d’y arriver, nous aimerions absolument accueillir les Blue Jays. La décision finale leur appartient, par contre.

“C’est peut-être le meilleur stade des ligues mineures. Géographiquement, vous ne pouvez pas trouver mieux. Vous êtes à deux heures de bus de Boston. Vous êtes à deux heures de bus de New York. Vous êtes à un vol nolisé rapide de Philadelphie et Baltimore. »

Les Blue Jays tentent de trouver la bonne voie après un rendement de 67-95 en 2019.

De nombreux espoirs prometteurs auront davantage de temps de jeu avec le club, cette saison. Le directeur général Ross Atkins a aussi convaincu quelques joueurs autonomes de se joindre à sa formation.

« C’est un groupe excitant, a dit Atkins lors d’une récente disponibilité médiatique. Notre noyau est très prometteur. La qualité de nos présences au bâton par rapport à l’an dernier est très différente, beaucoup plus raffinée et plus mature.

“Nous sommes aussi plus athlétiques, plus mobiles et très confiants quant à la profondeur de notre enclos », a-t-il ajouté.