Les dernières nouvelles de la mode locale.

Publié le 21 janvier
Olivia Lévy
Olivia Lévy La Presse

Tamara Rubilar : passion broderie

Tamara Rubilar est une créatrice textile spécialisée dans la broderie d’art. Elle crée des pièces sur mesure pour la mode et a travaillé, notamment, avec le Cirque du Soleil, Disney et les Grands Ballets canadiens. Elle vient de lancer sa première collection de fleurs en organza de soie, coton ou lin, des roses, des camélias et des pivoines colorées qui rehaussent une tenue.

« La broderie est une vraie passion, explique Tamara Rubilar en entrevue. J’aime utiliser des matières nobles, des fils de soie, des fils d’or, des perles, des paillettes. Les fleurs, c’est un bel accessoire, et un vrai embellissement pour les vêtements. » La Montréalaise collabore aussi avec des designers de mode comme Antonio Ortega, pour qui elle a créé des broderies pour une de ses collections.

  • On trouve plusieurs fleurs parmi les créations de Tamara Rubilar.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    On trouve plusieurs fleurs parmi les créations de Tamara Rubilar.

  • Tamara Rubilar se spécialise dans la broderie d’art. Elle porte une de ses créations, une fleur, sur sa veste.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Tamara Rubilar se spécialise dans la broderie d’art. Elle porte une de ses créations, une fleur, sur sa veste.

  • La créatrice aime travailler avec des fils d’or, de soie, de coton et différents tissus et textures.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    La créatrice aime travailler avec des fils d’or, de soie, de coton et différents tissus et textures.

1/3
  •  
  •  
  •  

Son inspiration provient surtout des beaux tissus. « Je suis inspirée par les matières. J’aime les tissus qui ont une histoire. Je suis allée visiter un atelier de tissage traditionnel à Venise qui existe depuis 1850 et j’ai rapporté des échantillons de velours qui ont servi pour faire des pièces pour la royauté européenne. Il y a donc toute une histoire derrière ce velours. »

Un savoir-faire d’Europe

« Le patrimoine et le savoir-faire de la broderie viennent de l’Europe. Les maisons de haute couture ont leurs ateliers de broderie et leurs équipes de brodeuses », explique-t-elle, en soulignant que les créateurs d’ici souhaitent aussi avoir des broderies haut de gamme. « La difficulté, c’est qu’il n’y a pas d’école ici. »

Diplômée du Centre des textiles contemporains de Montréal en 2014, Tamara s’est formée à la broderie à Paris à la prestigieuse école Lesage, puis à la Royal School of Needlework de Londres. C’est à travers des stages auprès d’artisans brodeurs européens qu’elle a appris tout son savoir-faire.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

La broderie est un travail très minutieux et créatif.

En 2019, elle a ouvert son atelier, Studio Textile Montréal, un lieu de création et de formation en broderie d’art où on peut suivre des cours. « J’ai envie de transmettre les techniques pour qu’elles puissent continuer à exister et rendre cet art vivant », lance Tamara Rubilar, qui espère que les cours pourront reprendre au mois de mars.

Elle observe un grand intérêt autour des arts du fil et de l’aiguille, que ce soit le tricot ou la broderie. « Du point de vue de la mode, on peut broder sur des vêtements, des robes, ou encore des accessoires comme des chapeaux, ça donne toujours un très bel effet. »

Consultez le site de Tamara Rubilar

PHOTO FOURNIE PAR HERMUST THE LABEL

La boutique propose des maillots de bain et une collection de vêtements lounge.

Hermust The Label dans Pointe-Saint-Charles

Hermust The Label a désormais pignon sur rue, avec sa nouvelle boutique située rue Centre, dans le quartier Pointe-Saint-Charles. La marque montréalaise fondée par Jessica Metni en 2017 propose notamment des maillots de bain, des vêtements vintage, des bijoux, des chandelles Ruby Brown ainsi que les produits de soins pour le corps Atelier Major. « Ça fait cinq ans que ma marque est en ligne, mais j’avais vraiment envie d’ouvrir une boutique, de pouvoir rencontrer les clientes, et j’ai trouvé le local de rêve dans Pointe-Saint-Charles », confie en entrevue téléphonique Jessica Metni. C’est elle qui dessine les collections de maillots de bain et des vêtements lounge au style très épuré. « J’aime les pièces classiques, les couleurs unies, un style minimaliste que je dessine pour toutes les femmes », dit celle qui a aussi une passion pour les vêtements de seconde main. « J’ai été mannequin, j’ai habité à Londres. J’ai beaucoup voyagé et dès que j’étais à Paris, New York, Rome ou Milan, j’adorais faire des trouvailles dans les friperies. J’aime faire renaître des pièces vintage. Ma boutique me ressemble, c’est comme si on entrait dans ma garde-robe ! »

2471, rue Centre, Montréal

Consultez le site de Hermust The Label (en anglais)

PHOTO GORINI-GUILLAUME

La boutique Gorski sur l’avenue Greene, à Westmount

Une première boutique pour Gorski

La marque de vêtements d’extérieur de luxe Gorski vient d’ouvrir sa première boutique sur l’avenue Greene, dans Westmount. Fondée à Montréal en 1984 par Leonard Gorski et sa femme, Karin, la marque conçoit des manteaux, des vestes d’après-ski, ainsi que des accessoires comme des bonnets, des gants et des foulards en laine et cachemire, pour hommes et femmes. Gorski connaît beaucoup de succès aux États-Unis puisque la marque est distribuée dans de grands magasins comme Neiman Marcus et Bergdorf Goodman, ainsi que dans des boutiques spécialisées. On trouve désormais toute la collection de Gorski dans cette nouvelle boutique phare.

1355, avenue Greene, Westmount

Consultez le site de Gorski

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE MILJOURS

Marie-Anne Miljours attend deux bébés pour le printemps.

La fin pour la boutique Miljours

La boutique Miljours fermera le 1er mars prochain. Fondée par Marie-Anne Miljours, créatrice d’une gamme de maroquinerie écoresponsable (Miljours Studio), la boutique proposait, en plus des sacs en cuir, des produits de marques locales de décoration, des bijoux et d’autres accessoires. « Les deux dernières années n’ont pas été de tout repos. Ouvrir un commerce et faire face à une pandémie, c’est épuisant, surtout sans aide gouvernementale », a écrit la créatrice sur sa page Instagram. Cette décision a été motivée par le fait qu’elle est enceinte de jumeaux, qui verront le jour au printemps. Marie-Anne Miljours prend une pause pour voir ce que l’avenir réserve à sa marque Miljours Studio. Un grand solde de fermeture se tient jusqu’au 1er mars avec des réductions allant jusqu’à 50 % sur tous les produits en boutique.

426, rue Beaubien Est, Montréal

Consultez le site de Miljours