(Milan) Glamour, tenue sexy, esprit de la fête. La tenue de soirée semblait exigée aux défilés Fendi et Cavalli de cette première journée de fashion week féminine printemps-été 2022 à Milan.

Isabelle SCIAMMA Agence France-Presse

Pour ces retrouvailles post-COVID-19, les photographes de street style étaient d’ailleurs venus guetter les meilleurs looks des célébrités, à l’affût d’un cliché de la directrice de Vogue Anna Wintour, de l’influenceuse Chiara Ferragni ou du réalisateur Luca Guadagnino.

À l’entrée des défilés, laissez-passer sanitaire et masque obligatoires. À l’intérieur, le public se presse en rang moins serré que d’habitude.

C’est donc Fendi qui a ouvert les festivités avec un défilé à l’enseigne du glamour. « Difficile de ne pas être enthousiaste. C’est la première fois depuis 18 mois que l’on retrouve notre public avec la sensation d’un retour presque à la normale », commente le PDG de Fendi Serge Brunschwig, visiblement heureux d’accueillir enfin ses invités.

Sur le podium, la collection du directeur artistique Kim Jones continue de tisser le fil de l’histoire de la marque romaine que l’Anglais embrasse avec élégance et raffinement depuis deux saisons.

Le décor et la bande-son donnent le ton de cette collection qui plonge dans les années 70 et l’âge du disco. Sur fond de Diana Ross et de Chic, les mannequins défilent avec des looks et des attitudes rappelant Grace Jones, Jerry Hall ou encore Bianca Jagger.

PHOTO ANTONIO CALANNI, ASSOCIATED PRESS

Les mannequins défilent avec des looks et des attitudes rappelant Grace Jones, Jerry Hall ou encore Bianca Jagger.

Le blanc immaculé des premières silhouettes, tailleurs ou combinaisons pantalons larges, est comme la page blanche sur laquelle viennent s’imprimer peu à peu des illustrations d’Antonio Lopez, célèbre illustrateur de mode, pour contaminer le reste de la collection.

« Hommage à Antonio Lopez »

Kim Jones a en effet retrouvé dans les archives de la maison un logo Fendi dessiné à la main par l’artiste, point de départ de la collection et de l’envie de célébrer une œuvre et une époque.

« Lopez était un ami de Karl Lagerfeld et a toujours été quelqu’un qui m’a inspiré. Il était avant-gardiste, inclusif, admiré par tout le monde, d’Andy Warhol à Steven Meisel et David Hockney. Je voulais le présenter à une nouvelle génération », commente l’Anglais dans la note de présentation du défilé.

PHOTO ANTONIO CALANNI, ASSOCIATED PRESS

Le satin et les robes fluides ont dominé les tendances chez Fendi.

Ses coups de pinceau apparaissent donc sur les caftans, les chemisiers en soie et les sacs. Des dessins plus figuratifs avec des visages de femmes deviennent des motifs colorés en marqueterie de cuir, en dentelle ou en jacquards chatoyants.

Le travail sur la fourrure, cher à la maison romaine, ne manque pas avec des manteaux colorés en renard et en plumes.

« Kim continue sur sa lancée avec son élégance, son raffinement, et cette note de fantaisie, ce travail entre le passé et le futur », a commenté Serge Brunschwig après le défilé. « Il a compris la marque, dans sa profondeur, il est venu nous enrichir comme un nouveau membre de la famille ».

C’est d’ailleurs en compagnie de Silvia Venturini Fendi, directrice des accessoires, et de sa fille Delfina Delettrez Fendi, créatrice des bijoux de la maison, que l’Anglais est venu saluer le public à la fin du défilé.

Le bestiaire de Roberto Cavalli

Un peu plus tard dans la soirée, glamour encore pour Roberto Cavalli qui a présenté le bestiaire éclectique et électrique de son nouveau directeur artistique, Fausto Puglisi. Le créateur sicilien, habitué à habiller Madonna, Jennifer Lopez ou Beyoncé confirme avec cette deuxième collection à la tête de la maison toscane le plaisir qu’il prend à se jouer des codes de la marque : il reprend le motif tigre sauvage inventé en 2000 par Cavalli et l’applique sur une jupe ample, un long parka, un t-shirt. Les motifs animaliers n’en finissent pas : léopard, panthère, zèbre. Les robes de soirée découpées sont sculptées avec du drapé grâce à la technique de moulage. Le manifeste est clair, il est temps de faire la fête.