La Presse décortique l’origine d’une tendance mode : d’où vient-elle et pourquoi émerge-t-elle ? Comment la porter ? Décryptage.

Maude Goyer
collaboration spéciale

La tendance

La boucle est partout cet automne : portée dans les cheveux, nouée dans un foulard mis au cou ou au poignet, placée sur les chaussures et bottillons, cousue sur les jupes, robes et chemisiers, la boucle est omniprésente sur les podiums et dans les magasins. « On la voit énormément, dit Caroline Bécotte, enseignante en design de mode à l’École de mode du cégep Marie-Victorin. Qu’elle soit mini ou maxi, elle ajoute du volume, de la texture… et beaucoup d’élégance ! »

Dans les grands défilés de mode, les designers ont beaucoup joué avec le col (d’un chemisier ou d’un chandail), plaçant la boucle au centre de l’ourlet, près du cou. « Ça devient un accessoire, précise Isabelle Gauvin, styliste. Ça ajoute un petit accent féminin et chic. »

PHOTO CATHERINE DESLAURIERS, FOURNIE PAR TRISTAN

Blouse à col noué, Tristan, 95 $.

Où la voit-on ?

Givenchy, Chanel, Dior, Saint Laurent, Versace, Michael Kors et Caroline Herrera sont quelques-uns des designers qui ont mis la boucle de l’avant. « On a beaucoup vu le foulard, fait en tissu fin comme de la soie, porté en boucle au cou ou à la ceinture, explique Mme Gauvin. Il y a un aspect vintage. »

Chez Chanel, le classique duo noir et blanc est revisité avec la boucle : « Une boucle noire sur un chemisier blanc, par exemple, ajoute une touche raffinée, un peu à la Audrey Hepburn. Ça met du punch à une tenue ! », lance Mme Gauvin.

Originale et simple à la fois, la boucle a un petit côté propret, voire BCBG, croit Mme Bécotte. « On la voit beaucoup au rayon des chaussures pour femmes et pour filles, souligne-t-elle, tout comme dans les accessoires pour cheveux. »

PHOTO FOURNIE PAR LE CHÂTEAU

Ballerine à bout rond en cuir Le Château, 89,95 $

Pourquoi cela revient-il ?

En mode, les courants issus des années 1960-1970 sont très tendance en ce moment — et, selon Isabelle Gauvin, la boucle y fait référence. « Je trouve que la boucle ramène au disco, aux tenues extravagantes du Studio54, par exemple, dit-elle. La boucle apporte une touche éclatée et créative à un look basique. »

Pour Caroline Bécotte, la boucle rappelle l’époque baroque et la Renaissance. « Je pense par exemple au velours, aux imprimés tapisserie, aux fioritures dorées ou argentées, au brocart et au damas qui sont des tissus riches, luxueux », indique-t-elle. Elle fait un lien entre le côté androgyne de la mode de l’époque (les boucles, les volants et les manches gigots étaient portés par les hommes et les femmes) et la tendance actuelle des vêtements unisexe. « Il y a une réflexion, je crois, quant à l’identité sexuelle et de genre liée au choix de vêtements, mais aussi un souci écologique puisque le vêtement est davantage recyclable s’il est neutre. »

On veut l’adopter

Selon les deux expertes mode, la boucle est facile à porter. « Si on aime plutôt le style classique, et qu’on souhaite mettre l’accent sur un seul élément dans notre ensemble, alors la boucle est cet élément, dit la styliste Isabelle Gauvin. On peut jouer un haut chic avec une boucle et un jeans, par exemple ».

On oublie les boucles d’oreilles et les colliers : la boucle est un accessoire en soi. On y va mollo sur le reste, surtout si elle est exubérante. « Elle se porte bien au col, on fait un joli nœud et on porte cela avec un jeans ou une jupe fuseau », suggère Caroline Bécotte.

On hésite ? On choisit un foulard coloré, avec motifs ou rayures, et on porte la boucle dans les cheveux. « C’est très féminin, souligne Mme Gauvin, et en plus, le foulard revient ! »