Source ID:55344f96-835d-4ebc-9aae-4b389123856d; App Source:alfamedia

Transformer la forêt boréale en pharmacie

Depuis 15 ans, des scientifiques de l'UQAC cherchent dans... (Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse)

Agrandir

Depuis 15 ans, des scientifiques de l'UQAC cherchent dans la forêt boréale des molécules capables de nous soigner ou d'améliorer notre santé.

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

Philippe Mercure
La Presse

(SAGUENAY) Biologie, sciences sociales, mathématiques, éducation, génie : le congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) bat son plein à Saguenay, réunissant plus de 3000 chercheurs d'une trentaine de pays. Toute la semaine, La Presse couvrira cette grand-messe de la science en français.

Depuis 15 ans, des scientifiques de l'UQAC cherchent dans... (Photo Thinkstcok) - image 1.0

Agrandir

Depuis 15 ans, des scientifiques de l'UQAC cherchent dans la forêt boréale des molécules capables de nous soigner ou d'améliorer notre santé.

Photo Thinkstcok

Le bouleau blanc... (Photo tirée de Wikimedia Commons) - image 1.1

Agrandir

Le bouleau blanc

Photo tirée de Wikimedia Commons

Médicaments anticancer, antibiotiques, produits naturels, cosmétiques : depuis 15 ans, des chercheurs de l'Université du Québec à Chicoutimi fouillent la forêt boréale à la recherche de molécules thérapeutiques. Et ils ont déjà trouvé des pistes prometteuses autant dans l'écorce de bouleau que dans les bourgeons de peuplier.

La forêt boréale est l'un des plus vastes écosystèmes forestiers de la planète. Et à Saguenay, les chimistes et biologistes du laboratoire LASEVE veulent la transformer en pharmacie. Depuis 15 ans, ils y cherchent des molécules capables de nous soigner ou d'améliorer notre santé.

« On veut valoriser la biomasse forestière, mais autrement qu'en coupant du bois et en faisant des 2 x 4 », explique Jean Legault, codirecteur du laboratoire LASEVE et professeur de sciences fondamentales à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), qui rappelle que la moitié des agents thérapeutiques utilisés aujourd'hui proviennent encore de sources naturelles.

Molécule anticancer extraite de l'écorce du bouleau blanc, antibiotique découvert dans les bourgeons du peuplier baumier, médicament potentiel contre l'herpès tiré d'une petite plante à feuilles : le professeur Legault présentera aujourd'hui certaines des découvertes du groupe dans le cadre du congrès de l'ACFAS. 

La plupart de ces substances sont encore loin d'avoir franchi la batterie de tests nécessaires avant d'être autorisées comme médicaments. Mais elles ont montré des propriétés prometteuses en laboratoire et sur les animaux.

La forêt boréale compte 3000 espèces. Comment deviner laquelle peut soigner quelle maladie ? « On utilise beaucoup la médecine traditionnelle amérindienne, répond Jean Legault. Ce n'est pas direct. Il n'est pas écrit : telle plante est un antibiotique pour traiter telle chose. Il faut savoir lire entre les lignes, et ça ne marche pas toujours. Mais ça nous donne des indices. »

Une fois qu'une substance montre des propriétés intéressantes, les chimistes se mettent à l'oeuvre pour en extraire le ou les ingrédients actifs. Dans certains cas, ils modifient ensuite chimiquement les molécules pour les rendre encore plus efficaces. Ils testent les composés sur des cellules malades et des animaux, et tentent d'élucider leurs mécanismes d'action.

DES ARBRES PRIS D'ASSAUT

L'engouement pour les molécules naturelles peut être fort. Le paclitaxel, un médicament anticancer bien connu notamment utilisé contre les cancers du poumon, de l'ovaire et du sein, a d'abord été isolé dans un conifère de la côte Ouest appelé if du Pacifique. Dans les années 90, des chercheurs de l'UQAC ont identifié la molécule dans l'if du Canada, qui pousse chez nous. Au cours des dernières années, des vols d'ifs sur les terres publiques et les forêts privées ont été rapportés à la Sûreté du Québec.

« Il y a même des gens qui se faisaient passer pour des chercheurs de notre laboratoire et qui allaient chercher l'if pour le revendre. » - Le professeur Jean Legault

En plus des médicaments, la vingtaine de chercheurs et étudiants du laboratoire LASEVE cherchent des produits naturels et des cosmétiques dans la forêt boréale. Jean Legault est le premier à convenir que les prétentions de ces industries n'ont pas toujours été appuyées scientifiquement par le passé. « Il s'est fait n'importe quoi. Et pour changer les choses, ça prend des scientifiques qui vont vérifier la qualité de ces produits et vont s'assurer qu'ils sont bien dosés », plaide-t-il.

Pour Jean Legault, l'exploration du potentiel des espèces de la forêt boréale commence à peine. « Le terrain de jeu est infini, dit-il. De mon côté, je vais passer ma carrière là-dedans, c'est certain. »

***

TROIS VÉGÉTAUX QUI POURRAIENT NOUS SOIGNER

Le bouleau blanc

Le bétulinol, tiré de l'écorce de bouleau blanc, a des propriétés anticancer. Le hic, c'est qu'il n'est pas soluble dans l'eau et qu'il est donc difficile d'en faire un médicament injectable. Pour contourner le problème, les scientifiques du laboratoire LASEVE lui ont ajouté des groupements qui lui donnent la solubilité voulue. Les chercheurs ont découvert que la substance provoque la mort programmée des cellules cancéreuses en attaquant leurs centrales énergétiques, les mitochondries. Pour une raison qui reste à éclaircir, elle épargne les cellules saines. Il reste toutefois beaucoup de travail à faire avant de penser pouvoir l'utiliser un jour chez les humains.

Le peuplier baumier

Les chercheurs de l'UQAC ont tiré un antibiotique des bourgeons du peuplier baumier capable de s'attaquer au fameux Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), cette bactérie qui a développé une résistance à plusieurs antibiotiques et qui cause des problèmes dans les hôpitaux. Ici, ce n'est pas le savoir amérindien qui a guidé les scientifiques, mais bien les abeilles, qui utilisent ces bourgeons pour fabriquer un vernis aseptisant appelé propolis. Les chercheurs ont identifié les mécanismes d'action des molécules impliquées et protégé leur découverte par un brevet.

Le cornus canadensis

Cette petite plante à feuilles qui produit des fruits orangés pourrait peut-être un jour traiter l'herpès. Ici, les chercheurs de l'UQAC sont assez avancés pour lancer prochainement, avec des partenaires, une étude chez l'humain. Les scientifiques ont découvert que les extraits de feuilles agissent de trois façons : ils attaquent directement le virus, ils empêchent son absorption par les cellules du corps et ils bloquent sa réplication. Encore une fois, il faudra d'autres travaux et plusieurs années avant de conclure qu'il est réellement efficace chez l'humain.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer