Source ID:; App Source:

Greffe réussie de vaisseaux fabriqués à partir de cellules du patient

Les premiers vaisseaux sanguins fabriqués entièrement à partir des propres... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Agence France-Presse
Paris

Les premiers vaisseaux sanguins fabriqués entièrement à partir des propres cellules de malades ont donné des «résultats prometteurs», selon une étude sur des patients dialysés, publiée par la revue médicale britannique The Lancet.

Ces vaisseaux biologiques, sans adjonction de matériel artificiel, fabriqués à partir de cellules de peau et de veine, ont été greffés chez dix patients de Buenos-Aires (Argentine) et de Katowice (Pologne) entre 2004 et 2007. Ces patients souffraient d'insuffisance rénale et ne survivaient que grâce à la dialyse pour épurer leur sang.

Les greffons ont été fabriqués par la société Cytograft Tissue Engineering, à Novato en Californie.

Le vaisseau greffé sert à mettre en place un système d'hémodialyse qui permet de nettoyer le sang du patient, tâche que ne peuvent plus remplir ses reins défaillants, avant de le lui restituer.

Diverses techniques sont utilisées pour permettre la sortie et le retour du sang via un abord vasculaire: création d'une fistule (passage) artério-veineuse ou d'une dérivation ou pontage («shunt» ou «by-pass») de l'avant-bras pour permettre l'épuration.

Cependant, la qualité des veines des malades ne permet pas toujours de recourir à ces techniques, obligeant à se servir de tubes et matériaux en plastique qui engendrent plus de complications (infections, bouchons...).

Dans l'ensemble, la viabilité du greffon s'est maintenue chez sept patients (78%) sur les neuf survivant un mois après l'implantation, et chez cinq (plus de 60%) des huit patients restant six mois après l'intervention, notent les auteurs.

Un patient est décédé d'une cause n'ayant rien à voir avec l'expérience alors que son greffon était fonctionnel, selon l'étude. Un autre a été retiré de l'étude en raison de saignements digestifs sévères survenus peu de temps après l'implantation du vaisseau.

L'optimisation et la simplification de cette technologie originale et l'utilisation de processus de biofabrication rapides pourraient conduire au succès clinique et commercial d'un tel produit, relèvent dans Lancet le Dr Vladimir Mironov (Charleston, États-Unis) et son collègue le Professeur Vladimir Kasyanov (Riga, Lituanie).

Le succès du test clinique de ce premier tissu biologique entièrement fabriqué à partir de prélèvements provenant du patient (tissu «autologue») marque un pas important dans le domaine vasculaire, ajoutent-ils.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer