Source ID:; App Source:

Cancer de la prostate: sur la piste du vaccin

La rougeole est une maladie extrêmement contagieuse, mais...

Agrandir

La rougeole est une maladie extrêmement contagieuse, mais est devenue rare au Québec depuis l'avènement d'un vaccin.

Marilynn Marchione
Associated Press
Milwaukee

Un vaccin contre le cancer de la prostate? C'est l'espoir que caressent des spécialistes américains après les résultats encourageants d'une étude qui soulignent que la vaccination thérapeutique améliore la survie d'hommes atteints d'un cancer de la prostate à un stade avancé.

Fabriqué par la firme Dendreon Corp. basée à Seattle, le vaccin Provenge améliore la survie, comparé au placebo, dans une étude concernant 512 hommes à un stade avancé de la maladie. Aucune information sur les effets secondaires éventuels n'a été communiquée.

Les résultats définitifs seront présentés ce mois-ci lors d'un congrès de l'association américaine d'urologie, et Dendreon Corp. entend obtenir le feu vert fédéral pour son produit avant la fin de l'année.

Provenge n'est pas comme les vaccins traditionnels qui servent à prévenir la maladie. C'est un vaccin dit thérapeutique, qui traite le cancer en formant le système immunitaire au combat contre les tumeurs. S'il obtient le feu vert de la Food and Drug Administration (FDA), l'agence américaine du médicament, Provenge serait le premier traitement de ce type à être mis sur le marché.

C'est la seconde étude de cette ampleur dans laquelle Provenge montre un bénéfice en terme de survie, conduisant certains scientifiques à espérer non seulement l'accord des autorités fédérales, mais que cela ouvre la piste d'une nouvelle approche dans la lutte contre le cancer, à côté de la chirurgie, de la radiothérapie, du traitement hormonal et de la chimiothérapie utilisés à l'heure actuelle.

«C'est un résultat encourageant, qui démontre que le contrôle du système immunitaire d'un patient peut permettre d'attaquer avec succès un cancer de la prostate», a déclaré le Dr Eric Small, cancérologue de l'Université de Californie à San Francisco. Eric Small avait conduit la précédente étude, sans lien avec le laboratoire qui fabrique le vaccin. Dans cette étude sur 127 hommes, le groupe des hommes traités par la vaccination a vécu en moyenne 4 mois et demi de plus que ceux sous placebo. Après trois ans, le taux de survie était de 34% dans le groupe vacciné, alors qu'il n'était que de 11% dans le groupe-test.

Ces résultats ont conduit des conseillers auprès de la FDA, à lui recommander son approbation il y a deux ans. Mais la FDA retarde sa décision, réclamant plus de résultats, l'allongement de la survie n'étant pas le principal objectif, mais plutôt le ralentissement de la progression du cancer, ce que le vaccin n'a pas réussi à faire.

Provenge est un traitement personnalisé pour chaque patient. Les médecins collectent des cellules spécialisées à partir de chaque échantillon de sang. Ces cellules aident le système immunitaire à reconnaître le cancer comme une menace, comme s'il s'agissait de germes entrant dans l'organisme.

Ces cellules spécialisées sont ensuite mélangées avec une protéine trouvée dans la plupart des cellules cancéreuses pour aider à stimuler le système immunitaire. Le «vaccin» résultant est réinjecté au patient en trois fois, toutes les deux semaines.

Il a été jusqu'ici testé sur des hommes atteints de cancer métastasé et ne répondant plus au traitement hormonal.

Si Provenge s'avérait sans risque et recevait l'accord de la FDA, «ce serait une percée importante», a déclaré le Dr William Oh, cancérologue au Centre de cancérologie Dana-Farber de Boston. «Il y a si peu de traitements» disponibles pour les hommes dont le cancer de la prostate est très étendu, situation qui concerne 40 000 à 60 000 Américains.

On estime à 186 000, le nombre de nouveaux cas apparaissant chaque année aux États-Unis et à 28 660, le nombre de morts.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer