Le thorax de l'homme de Néandertal était différent du nôtre, selon une récente étude internationale. Il avait des respirations plus profondes et une colonne vertébrale plus droite.

MATHIEU PERREAULT LA PRESSE

« Les différences entre le thorax Néandertal et celui de l'homme moderne sont frappantes », expliquent les auteurs dans un communiqué de presse publié en même temps que l'étude de la revue Science Advances, en novembre. « La colonne néandertale est plus rapprochée des côtes, ce qui donne plus de stabilité. Le thorax est aussi plus large dans sa partie antérieure. Cela suggère que l'homme de Néandertal dépendait surtout du diaphragme pour sa respiration, alors que l'homme moderne peut aussi compter sur l'expansion des côtes. »

Cette anatomie lui donnait probablement une capacité respiratoire plus grande, ce qui était crucial pour ses activités de chasseur, pensent les chercheurs.

Cette analyse est basée sur un fossile néandertal de 60 000 ans retrouvé en Israël en 1983, qui est le plus complet pour ce qui est du thorax. L'homme de Néandertal a habité le Moyen-Orient et l'Europe pendant 200 000 ans avant de disparaître voilà 30 000 à 40 000 ans, les dernières traces ayant été retrouvées en Espagne. Il doit son nom à la vallée Neander en Allemagne où un fossile a pour la première fois été identifié comme étant archaïque en 1856.

En 2016, une autre étude sur le même fossile israélien avait avancé, sur la base d'analyses génétiques, que le thorax et le bassin plus amples de l'homme de Néandertal découlait d'une alimentation plus riche en protéines. Cette dernière étude avait été publiée dans l'American Journal of Physical Anthropology.