Source ID:; App Source:

Des fouilles pour retrouver la tombe de Cléopâtre

Les ruines du temple de Taposiris Magna, une... (Photo: AFP)

Agrandir

Les ruines du temple de Taposiris Magna, une une cité antique à l'est d'Alexandrie, où pourraient être enterrés Cléopâtre et Marc-Antoine.

Photo: AFP

Rebecca Santana
Associated Press
Le Caire

Des fouilles archéologiques vont débuter la semaine prochaine sur trois sites de Taposiris Magna, une cité antique proche d'Alexandrie, où pourraient être enterrés Cléopâtre et Marc-Antoine, a annoncé mercredi le Conseil suprême des antiquités égyptiennes.

Ces trois emplacements ont été repérés lors d'une étude topographique réalisée le mois dernier: le temple de Taposiris Magna a été passé au radar dans l'espoir de retrouver le lieu de sépulture de la reine d'Égypte et du général romain. Les corps des deux amants pourraient s'y trouver.

Le temple de Taposiris Magna est situé sur le lac Maréotis, à l'ouest d'Alexandrie, dans le nord de l'Égypte. Il a été construit durant le règne de Ptolémée II. Des équipes d'Égypte et de République dominicaine explorent le site depuis trois ans.

Cléopâtre, reine d'Égypte, et son amant, le général romain Marc-Antoine, se sont suicidés après la défaite de leurs troupes à la bataille d'Actium (31 av JC). Depuis, les spéculations vont bon train sur leur lieu de sépulture.

Dans le temple de Taposiris Magna ont été découvertes plusieurs cheminées profondes qui auraient pu servir de tombes. Les archéologues en charge des fouilles n'excluent pas que Cléopâtre et Marc-Antoine reposent dans un conduit de ce type.

L'année dernière sur le site, d'importants vestiges ont été mis au jour: la tête d'une statue d'albâtre représentant Cléopâtre, 22 pièces de monnaie à l'effigie de la reine d'Egypte, un masque ayant pu appartenir à Marc-Antoine, un bronze d'Aphrodite et une statue sans tête datant de l'époque ptolémaïque.

La tête d'albâtre et les pièces réfutent la théorie récente, soutenue par une équipe anglaise, qui voudrait que Cléopâtre ait été laide. Selon Zahi Hawass, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, «les découvertes de Taposiris reflètent un charme (...) et indiquent que Cléopâtre n'était en aucune façon laide».

Les scientifiques de l'université de Newcastle qui étaient arrivés à cette conclusion en 2007 se fondaient sur une pièce romaine montrant une reine d'Egypte au nez pointu, aux lèvres fines et au menton protubérant.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer