Dans un peu plus de deux semaines, le 13 juin, Julie Payette décollera de nouveau du cap Canaveral pour sa deuxième mission dans la navette spatiale. À bord de la navette Endeavour, elle passera 16 jours en orbite, l'une des plus longues missions à ce jour, et sera responsable de près de la moitié des dizaines de manipulations des bras robotiques. Elle côtoiera aussi Robert Thirsk, qui vient de décoller de Baïkonour à bord d'une capsule Soyouz pour un séjour de six mois dans la Station spatiale.

Mathieu Perreault LA PRESSE

«C'est une étape importante pour le Canada dans l'espace», expliquait Mme Payette hier soir, en entrevue téléphonique de Houston.«Ce sera la première fois que deux Canadiens seront en orbite en même temps. Mais je crois que ce n'est qu'un premier pas. Dans 10 ans, 20 ans, on verra trois ou quatre astronautes canadiens en même temps dans l'espace.»

Ira-t-elle aussi dans une capsule Soyouz? «Si on ne me met pas à la porte après cette mission, la prochaine sera peut-être un séjour de six mois dans la Station spatiale, dit-elle. Comme la navette prendra sa retraite l'an prochain et que son remplaçant ne sera pas prêt avant 2014, ça pourrait être dans une capsule Soyouz. Mais je me préparerai aussi pour être le soutien d'astronautes qui se rendront sur la Lune, sur Mars.»

L'astronaute québécoise sera responsable de la robotique et se chargera de manipuler les deux bras canadiens - celui de la navette et celui de la station spatiale - ainsi que le bras japonais du laboratoire Kibo, avec le pilote de la navette. Elle sera aussi ingénieure de bord: assise entre le pilote et son copilote, elle participera à toutes les manoeuvres de la navette.

Les astronautes présentement dans la Station se contenteront d'assister Mme Payette et son pilote. «On n'a pas pu s'entraîner beaucoup avec eux, alors que je m'entraîne avec mes six coéquipiers de la navette depuis un an et demi, dit-elle. Nous serons 13 en même temps dans la Station. Nous allons poser les jalons de la cohabitation.»

Lors de son premier séjour, voilà 10 ans, l'astronaute de 46 ans avait assisté aux balbutiements de la Station spatiale. Sa mission n'était que la deuxième à pénétrer dans la Station, et elle y avait apposé le sceau de l'Agence spatiale canadienne. «Maintenant, la Station est presque finie, il y a huit modules habitables qui peuvent abriter six astronautes, dit Mme Payette. Notre mission remplacera et installera plusieurs équipements lourds avec les trois bras. On manipulera parfois deux bras différents chaque jour. C'est une autre étape, si éloignée de 1999.» La construction se terminera en 2011, et la Station devrait être habitée jusqu'en 2015.

Les deux enfants de Mme Payette, dont l'aîné a 5 ans, pourront voir leur maman dans le ciel pendant sa mission. La Station spatiale sera visible à l'oeil nu à deux ou trois reprises de Houston, et des collègues astronautes aideront les deux garçons à la repérer.