L'Agence spatiale européenne (ESA) souhaite que la Station spatiale européenne (ISS), dont le fonctionnement n'est pas garanti au-delà de 2015, puisse être utilisée au moins jusqu'en 2020, a indiqué le porte-parole de l'ESA au premier jour de sa réunion ministérielle trisannuelle à La Haye.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Après l'ajout cette année du laboratoire européen Columbus, «nous avons maintenant la possibilité d'utiliser l'ISS» pour des expériences scientifiques, a déclaré ce porte-parole, Franco Bonacina, lors d'un point de presse.

Alors que le financement de l'ISS n'est pas garanti au-delà de 2015, «Nous espérons et nous oeuvrons pour qu'elle puisse être utilisée plus longtemps, au moins jusqu'en 2020», a ajouté M. Bonacina.

L'Allemagne a fait du financement de la Station spatiale internationale sa priorité, alors que la priorité de la France est la modernisation du lanceur Ariane 5, ont indiqué à l'AFP des sources proches des délégations de ces deux pays.

L'Europe est partenaire de la Station spatiale internationale (ISS), qui a fêté son dixième anniversaire au début du mois, avec le laboratoire Columbus, le ravitailleur ATV et l'ensemble fusée Ariane 5-port spatial de Kourou (Guyane) pour envoyer des charges vers l'ISS.

L'Europe pourrait avoir un rôle capital pour la poursuite de l'exploitation de l'ISS. La navette spatiale américaine devant être retirée du service en 2010, et son remplacement ne devant pas être assuré, vraisemblablement, avant 2015, un ATV transformé en vaisseau spatial habité pourrait assurer, avec les Soyouz russes, le transport des astronautes vers l'ISS.