Le Québec a connu une bonne année aux prestigieux prix Killam. L'un des cinq prix honorifiques a été remis à un chercheur de l'Université de Montréal et trois des six bourses à des chercheurs de l'Université de Montréal et de McGill.

MATHIEU PERREAULT LA PRESSE

L'an dernier, seule une des six bourses avait été remise à un chercheur québécois, et aucun prix. Le prix de 100 000 $ récompense la carrière d'un chercheur bien établi, et les bourses, de 140 000 $ sur deux ans, permettent à des chercheurs de ne pas donner de cours et de se consacrer à leurs recherches.

Le prix Killam en sciences humaines a été remis cette année à André Gaudreault, de l'Université de Montréal, qui travaille sur l'innovation technologique en cinéma et a créé le premier programme de doctorat en cinéma au Canada.

Des bourses Killam ont été remises à René Doyon, de l'Université de Montréal, pour un projet de recherche d'exoplanètes, ainsi qu'à Chao-Jun Li et Hanadi Sleiman, de l'Université McGill, qui travaillent respectivement sur la synthèse des molécules chimiques et sur les nanothérapies oncologiques.