Le bourdonnement d'abeilles en colère peut provoquer chez les éléphants «un grondement» unique alertant les autres pachydermes de la proximité de ces insectes, selon une étude scientifique menée au Kenya.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Non seulement les éléphants fuient le bourdonnement des abeilles, mais encore ils se mettent à l'abri en entendant un enregistrement de ce grondement, même en l'absence d'abeilles, affirme cette étude conduite par des chercheurs de l'Université d'Oxford, ainsi que des organisations Save the Elephants et Disney's Animal Kingdom.

«Au cours de nos expériences, nous avons fait entendre le son d'abeilles en colère à des familles d'éléphants et nous avons étudié leur réaction», indique Lucy King du département de zoologie de l'Université d'Oxford qui a dirigé la recherche.

«Nous avons découvert que non seulement les éléphants fuient le bourdonnement, mais poussent aussi un grondement unique et secouent leurs têtes», affirme Mme King.

Les pachydermes ont par ailleurs réagi différemment selon qu'on leur diffusait l'enregistrement original de leur grondement ou une version altérée.

Ce grondement pourrait également servir à éduquer les éléphanteaux au danger des abeilles, selon les résultats de cette étude à paraître dans la revue scientifique en ligne PloS One.

Reste, selon les scientifiques, à établir si ce grondement est également utilisé pour d'autres menaces que les abeilles.

«Ces grondements donnent des indices particulièrement intrigants sur le fait que les éléphants peuvent peut-être produire des sons à l'image des humains qui émettent différentes voyelles en modifiant la position de leur langue et de leurs lèvres», a expliqué Joseph Soltis, qui travaille pour Disney's Animal Kingdom, un parc animalier situé en Floride.

De précédentes études ont montré que les éléphants évitaient les ruches d'abeilles et que l'installation de ruches aux abords d'une plantation ou d'un champ permettait d'éloigner les pachydermes et par conséquent de limiter les dégâts, souvent importants, causé par leur passage.

En dépit de leur peau épaisse, les éléphants adultes sont vulnérables aux piqûres d'abeilles autour des yeux ou à l'intérieur de leur trompe. La peau plus fine des éléphanteaux les expose à un risque mortel lorsqu'ils sont confrontés à un essaim d'abeilles, selon l'étude.