Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

« Maison intemporelle qui se démarque pour des gens qui se démarquent », claironne la fiche de présentation de cette grande maison à paliers de Candiac. Avec un entretien régulier, soigné et signé par divers artisans au fil des années, elle fait en effet tourner plus d’une tête dans le quartier.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

Le salon est très spacieux et bénéficie d’un nouveau foyer au gaz. Les tons de cuir et boiserie sont très bien dosés.

L’un de ces curieux intrigués, sans jamais penser qu’il l’habiterait un jour, fut Eric Tétreault. Dans sa jeunesse, il mirait la belle demeure depuis la fenêtre d’un autobus, lorsqu’il passait devant. En 2005, terminus, tout le monde descend : sa femme Nathalie Michel et lui-même rachètent la maison de style Tudor aux parents de cette dernière, qui l’avaient acquise en 1986.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

La salle à manger joue beaucoup sur les bois exotiques.

Chose certaine, durant toutes ces années, la bâtisse à l’impressionnante façade en colombages, qui lui donne un léger accent hollandais, n’avait laissé personne indifférent. « Elle est unique en son genre à Candiac, où dans certains secteurs les maisons en rangées sont plus uniformes. Tous les gens s’arrêtent devant pour nous dire combien elle est belle », raconte-t-elle.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

La cuisine est digne d’une page de magazine de déco.

C’était un agent d’immeubles qui l’avait érigée, en 1979, avec une tendance au surclassement, selon l’évaluateur d’alors, avec des murs plus larges et des matériaux de qualité supérieure aux standards de l’époque et du secteur.

Jouvence perpétuelle

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

La salle familiale, organisée avec soin.

À la voir aujourd’hui, on peinerait à croire qu’elle est quadragénaire. Son secret de beauté : des rénovations constantes tout au long de sa vie, pratiques comme esthétiques, formant une très longue liste. On notera entre autres la refonte totale du toit, autrefois en bardeaux de cèdre et désormais en acier, coiffé d’une girouette conçue par un artisan ; la conversion des trois foyers au bois en foyers au gaz ou électrique, l’un d’eux bénéficiant d’un manteau de briques artisanal ; l’ajout de persiennes de bois ; les deux salles de bains rénovées avec goût ; la vaste cuisine refaite avec un comptoir de granit et un îlot signés Giroux ; une nouvelle paire de fournaises et de thermopompes par étage ; et on en passe…

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

La chambre principale, à l’étage, avec sa porte-fenêtre donnant sur la cour arrière.

Invariablement, même en mettant d’abord les pieds dans la cour arrière calme et intime grâce aux hautes haies et aux arbres matures, on en revient aux rénos : la sympathique piscine creusée et chauffée a connu une cure de jouvence de ses marches et de sa toile de recouvrement. À ses côtés, une grande terrasse (elle aussi refaite récemment !) à l’abri des éclaboussures, et un spa. Au fond du jardin, une gloriette pour les rêveurs en quête de détente.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

Les deux salles de bains ont été rénovées. La maison compte aussi deux salles d’eau.

On peut aussi compter sur de généreux invités permanents, à savoir des arbres et arbustes fruitiers (pommiers, poiriers, groseilliers, pieds de vigne prolifiques…) et de brillants absents, soit les câbles d’électricité publics qui furent enterrés. « C’est merveilleux, on fait de belles récoltes savoureuses dans la cour, il y a des vignes tout le long de la clôture en arrière qui fournissent de belles grosses grappes », fait savoir Mme Michel.

Vaste et élégant

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

Une des cinq chambres de l’étage.

À l’intérieur, ça respire sur les trois niveaux, avec cinq chambres aménagées au second étage et les salles communes réparties sur divers paliers au rez-de-chaussée. Pas de jaloux : toutes les pièces se présentent avec élégance, rehaussée par la brique ou le bois, avec des choix minutieux. « On est très soucieux du détail, on prend grand soin de choisir des importations », souligne la propriétaire, citant un tronc de cocotier d’Indonésie trônant dans le salon, pesant quelque 600 à 700 livres (il ne pourra cependant ajouter du poids dans la vente, car il n’y est pas inclus), la table en bois de suard ou le vaisselier en acacia.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

Certaines parties de la maison misent sur le blanc pour plus de luminosité.

L’impression d’espace est accentuée par des portes-fenêtres disséminées dans les salles communes et la chambre principale, la maison étant aussi truffée de penderies et de meubles de rangement, jusque dans le garage de 840 pi2, où l’on trouve des armoires de chêne. Quant au sous-sol, conçu sans cloisons, il se divise entre une aire de jeux et de détente, un espace réservé à l’exercice et une petite salle de classe, ornée de pupitres et d’un tableau noir.

PHOTO FOURNIE PAR NATHALIE MICHEL

Mme Michel devant la maison qui appartenait alors à ses parents, en 1987.

Malgré ces airs distinctifs et la séduction de l’espace, il faut croire que l’appel du fleuve a été plus fort, puisque le couple vient d’acquérir un penthouse avec vue sur le Saint-Laurent, à Brossard, un coup de cœur fluvial un peu moins spacieux, mais assez charmant pour se résigner à un déménagement. À l’heure d’écrire ces lignes, cinq visites avaient déjà été effectuées, une semaine seulement après la publication de la fiche de vente. Est-ce qu’un jeune homme regardant par la fenêtre de l’autobus est-il en train de rêver à un achat futur, voyant le panneau « À vendre » ? Peut-être que son tour viendra. En attendant, la demeure distinguée se cherche un nouvel acquéreur dans l’immédiat.

La propriété en bref

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

Le très grand sous-sol est divisé en sections, mais aucune cloison n’a été installée pour conserver l’impression de grandeur.

Prix demandé : 998 800 $

Année de construction : 1979

Dimensions du bâtiment : 62 pi x 43 pi x 30 pi ; 17 pièces

Superficie du terrain : 9 500 pi2

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER

De la cour arrière aux pièces intérieures, de très nombreuses parties de la maison ont subi des rénovations constantes depuis 1979, dont certaines très récentes.

Évaluation municipale (2020) : 651 900 $

Impôt foncier (2020) : 4789 $

Taxe scolaire (2019) : 1033 $

Courtier : Steve McKenzie, RE/MAX Platine, Candiac

> Consultez la fiche de la propriété